Souvent relégués au fond de top 10 d’artistes à suivre parrainés par des marques de téléphone, ils luttent contre 60 ans d’histoire pour se faire une place dans le cœur d’auditeurs qui croient avoir tout entendu. Aujourd’hui, on fait le point sur Aja, projet de Clémence Quélennec, homme de l’ombre de La Femme où elle est pourtant la chanteuse principale, et qui rêvait trop de synthés et de dunes marocaines pour ne pas crever l’oreiller.

On vient d’acheter le grand livre de la musique des années 2010, et à la page 197 c’est marqué en gros : les jeunes ont arrêté d’écouter La Femme quand est sorti Où le monde, en 2017. Trop commercial, trop niais, trop… adulte ? Des qualificatifs qu’encore deux ans plus tôt on n’aurait pas pensé imaginables pour décrire cette bande de gros foufous capables de retourner n’importe quel studio de télévision. Trois ans après l’échec artistique de « Mystère » – tout cela est évidemment subjectif mais comme c’est moi qui écris je mène la voiture que vous venez de choper en covoiturage où je veux, merci – Clémence Quélennec, la chanteuse du groupe protéiforme, prend le large. On ne parlera pas de séparation, ce n’est pas le propos. Elle prend le large, comme on partirait en vacances avec un mini MOOG sous le bras, comme ça, l’air de rien, pour inventer une musique plus sablée – elle vit désormais au Maroc, près d’Agadir, plus vaporeuse dirait-on si on était en stage aux Inrocks, ou solaire, si l’on cherchait à placer un papier chez Grazia.

Le fait est que, cynisme mis à part, son premier EP « Solitaire » est fait d’un bois rare : seule ou presque aux claviers, elle délivre enfin sa passion pour la musique moyenâgeuse à travers cinq titres qui, contrairement au groupe qui l’a fait connaître, ne font pas de bruit sur toutes les mesures. Les buveurs de verveine diront qu’il est ici question de new age synthétique – ce qui n’est pas forcément faux – les autres citeront Kaitlyn Aurelia Smith et Le Comte comme références potentielles à cette belle musique composée du bout des doigts, moins maquillés qu’avec La Femme. Un troisième album, pour ces derniers, devrait bientôt voir le jour. Franchement, à écouter Lointaine contrée d’Aja, on préfèrerait que le monde, justement, aille plutôt par là.

Le premier EP Solitaire vient de sortir.

3 commentaires

  1. n’est pas HANY MEHANNA ou MAMMAN SANI qui veut , deja que LA FEMME pour moi c’est le pire groupe frenchy des années 2010 alors la chanteuse en solo non pitié j’ai les oreilles qui saignent .C’EST DE LA MERDE EN BARRE 24 CARATS , a ce rythme LA , elle va finir par rejoindre les hippies hipsters lyonnais de Odessey And Oracle lol ,Guillaume Medioni en mode pantalons à pattes d’éléphant, le mec est tout droit sortie d’un film d’eustache genre la maman et la putain ,son compteur est resté québlo en 1973

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares