DAVID LYNCH
A fleur de (pi)peau

Si, aux dernières nouvelles, Lynch jouait à Valérie Damidot pour le compte du Social Club, David n’avait pas l’intention d’en rester là, le cul posé sur sa ménopause artistique – tout incapable qu’il est de pondre une œuvre décente depuis… 2001 – tandis que dehors, des tas de types s’amusent à torturer la musique. Il veut en être, David. Alors il sort « Crazy Clown Time », son premier album réalisé sans grande personne pour l’aider à traverser.
Lire l'Article
Partager

POP OUEST FRANCE
Mes prévisions météo

Ceci n’est pas une information essentielle et pourtant elle me tient à cœur comme si elle l’était : au-delà du péage d’Ablis, il existe un monde, un autre monde, oui, un monde pur et insouciant. Un monde de chansons pop, créé par des jeunes gens bien sous tous rapports quoiqu’un peu bretons, et se foutant pas mal qu’il pleuve 24h/ 24, 335 jours par an.

Lire l'Article
Partager

RADIO MOSCOW
Dans le rouge

« Gonzaï c’est bien joli, mais à part ce Guy Michel Thor, là, que j’ai bien connu à une époque, y a que des jeunes écrivant sur des vieux. Vous devriez faire le contraire, de temps en temps. Qu’est-ce t’en penses, petit ? » J’ai reçu ça par mail, cette semaine. C’était signé Roger Ouateur, de Faches-Thumesnil. Intrigué, j’ai répondu, demandant à ce Roger d’où il sortait. Il n’a pas voulu en dire plus, mais à la place il y avait un fichier joint. « Putain, j’ai mis trois jours pour taper ce truc, à cause de mes gros doigts, alors y a intérêt à ce que tu le passes. » Te voilà exaucé, Roger. Et bienvenue au club.
Lire l'Article
Partager

CRACBOOMS, JC SATAN
Le rock au purgatoire

Cracbooms, JC Satan, quoi de commun si ce n’est qu’ils sortent un EP et un album à peu près en même temps ? Si ce n’est encore que, chacun à leur façon, ils représentent une fuite en avant quelque peu salvatrice au milieu de l’apathie générale qui semble geler les valseuses et les cordes de guitare du moment. Peut-être ai-je enchaîné mauvais choix, coups de lose et twat move, mais j’ai tout de même l’impression qu’on s’emmerde violemment ces temps-ci. N’en jetez plus, le Calice va déborder. Convoquons plutôt la cellule de crise des plus hauts décideurs.

Lire l'Article
Partager

TOXIC KISS
Happy Alpha Air

C’est pendant l’un de ces dimanches de solitude que j’ai appris que les héros peuvent parfois revenir. « No more heroes » des Stranglers en tête avec le moral dans les chaussettes, ce fut finalement le « Happy Alpha Air » des Toxic Kiss qui devait me regonfler pour longtemps et me faire retrouver mes… 17 ans.
Lire l'Article
Partager

MA RENCONTRE AVEC dEUS
I Keep you close

8 juillet 1995, scène B des Eurockéennes, le concert de dEUS dure depuis une heure quand Tom Barman jette sa guitare au sol et file backstage… pour revenir quelques minutes plus tard : « Excusez-moi, je suis allé faire pipi… » On aurait plutôt penché pour une dispute avec un des musiciens, point de vue que pourraient confirmer les nombreux changements de line up qui allaient suivre. 30 octobre 2011, aftershow de dEUS à l’Aéronef de Lille, Tom Barman ne se souvient pas de cet épisode. « C’était il y a longtemps » rigole-t-il. Et il a raison. Seize ans, exactement. Sans (presque) jamais perdre la foi.
Lire l'Article
Partager
La playmate du mois

DEATH IN VEGAS
La difformité mortelle

Groupe culte cité dans cinquante pour cent de mes écrits, père de substitution junkie et violent venant ternir mon enfance trop heureuse, Death in Vegas ou l’apogée de mes connexions nerveuses avant la bringue et l’alcool. J’étais jeune, pur et intelligent, je suis désormais vieux, terni et con. Et Death in Vegas, quinze ans après ses débuts, n’a définitivement plus le même gout.
Lire l'Article
Partager

JEAN-LOUIS MURAT
“Grand lièvre”

20 septembre 2011. 19h45. Hôtel Les Jardins du Marais, dans le 11e arrondissement de Paris. “ Il est beau quand même ” me lance l’attachée de presse alors qu’elle scotche tête la première dans le numéro des Inrocks de septembre/octobre 1991. “ Il est beau ” dit-elle, attendant l’écho d’un “ J’avoue ” alors qu’elle scrute la mine de triste sire tout en sourcils froncés style Ken le Survivant d’Auvergne de ce lover qu’est Jean-Louis Murat
Lire l'Article
Partager