Du 31 aout au 1er septembre aura lieu la 4e édition du Freakshow à Gigors, dans la Drôme. Un festival qui débuta de manière modeste en germant un soir d'ivresse dans la tête de son programmateur actuel. Le pari fut vite lancé, le Freakshow introduirait un véritable musée des horreurs électriques dans un cadre idyllique, isolé de la civilisation et de ses maux. D’emblée, le festival attira nos oreilles pour sa programmation : un rock nomade entre blues, garage, noise et electro-trash.

Nous avons donc décidé de recevoir l’équipe du festival, l’association Gigors Electric, pour revenir sur le passé, les ambitions et la charte du festival. La particularité du Freakshow, c’est peut-être d’avoir compris que ce n’est pas la taille mais bien la manière dont on fait vibrer Simone qui compte. Après quatre années, le festival a déjà ses habitués, qui viennent parfois costumés et souvent allumés, pour se payer une programmation exigeante sans pour autant se soumettre au diktat des buzz musicaux de l’année.
Sous chapiteau, le Freakshow est à la fois tordu et convivial, et nous discutons dans cette émission de cette ambivalence parfaite. Et puis cette année le festival invite des artistes musclés, de quoi vous promettre des combats légendaires. Speedball Baby, King Automatic, Magnetix, Kap Bambino, Owen Temple Quartet, Feeling Of Love, Buildings, Marvin, Cowbones, tant de noms (et de titres dans cette émission) qui vous invitent déjà à envisager votre dernier week-end de l’été : vous vous traînerez dans la boue, suppliant d’en prendre encore un peu dans la gueule.

Plus d’infos sur le Freakshow festival en cliquant ici

Freakshow 31 aout et 1 septembre à Gigors by rock’n’roll casbah

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.