Franchement, est-ce qu’on a encore besoin de vous convaincre d’y faire un tour ?

Si par tout hasard, vous n’êtes jamais allé au Paris Psych Fest, j’ai deux nouvelles pour vous, une mauvaise et une bonne. On commence par la mauvaise : vous avez raté une multitude de concerts complètement fous, dont la première date en France de King Gizzard & The Lizard Wizard en 2015. La bonne, c’est qu’il est largement de temps de vous préparer en amont, de ne pas dépenser 59 euros pour une journée (merdique) à Rock en Seine, d’attendre une petite semaine et d’aller faire l’expérience de Thee Oh Sees ou TH da Freak en live. C’est simple, non ? En plus, il y aura aussi des projections et des expositions d’arts visuels psychédéliques. “C’est dans l’ADN du festival de représenter toutes formes d’arts“, avance l’un des fondateurs. 

Bref, ça se passera du 1er au 4 septembre et comme on est sympa, on a tapé la discute avec Michaël Mateescu et Laurie Chalureau, les têtes pensantes derrière la programmation, dévoilée aujourd’hui au grand public.

Vous travaillez tous les deux à côté. Vous n’avez pas l’impression que pour que festival passe un palier, il faudra s’y consacrer à temps plein ?

Michaël : On ne va pas grandir au point de devenir un festival de la taille de Rock En Seine ou We Love Green qui sont généralistes. Donc ce n’est pas tant le temps de travail qui nous manque, mais aussi le fait qu’on reste un style musical bien défini, même si le psyché reste large. Depuis le début, on fait nos programmations sans faire aucune concession : on programme que des groupes qu’on aime et on a la chance de pouvoir le faire parce qu’on reste un festival à taille humaine. On fonctionne au coup de cœur et cette année, c’est encore plus vrai que d’habitude.

Justement, comment trouver un équilibre entre ses coups de cœur et ce que le public attend de vous ?

Michaël : Si tu fais vraiment ce que tu aimes et quelque chose de très pointue, le public ne suit pas. Nous, on reste sur des petites salles donc ce n’est pas si compliqué de trouver les artistes qui sont en adéquation avec nos goûts et qui les remplissent. Cette année, on va programmer une soirée « Castle Mania » dédiée à Castle Face, un label californien de garage punk psyché. On sort donc du psyché pur et dur mais on sait que vis-à-vis de notre public, c’est une soirée qui va plaire.

Laurie : On a la chance d’avoir les mêmes goûts que notre public ! On a réussi à le fédérer autour de nos préférences communes.

Tess Parks @Raw Journey
Tess Parks @Raw

Le psyché est un genre assez large : qu’est-ce qui définit la programmation de cette année ?

Laurie : Chaque année, on essaie d’avoir un ou plusieurs artistes qui sortent un peu du courant psyché pur. L’idée, c’est de faire découvrir des artistes et donner notre vision du psychédélisme.

« D’ailleurs, quand les gens viennent me dire que Thee Oh Sees n’est pas psyché, ça me fait péter un câble. Faut les voir en live pour comprendre ! »

C’est pour cela qu’on pu voir Noir Boy George l’année dernière…

Michaël : Oui ! Il y a une volonté de mixer le côté psyché ancien avec le psyché moderne. On veut même apporter plus de modernité, parce que si on reste sur des choses traditionnelles, on ne se renouvellerait pas et ça ne serait pas intéressant pour le public. Notre programmation tourne autour du rock psyché. Mais chaque année, on essaie d’aller jouer de plus en plus avec les frontières.

Afin d’illustrer cette diversité, pouvez-vous nous présenter trois artistes que vous attendez avec impatience ?

Michaël : Bon, en premier : Thee Oh Sees. C’est l’un des meilleurs groupes en live. Ça ne faiblit pas et même si c’est du garage punk, c’est méga psyché. D’ailleurs, quand les gens viennent me dire que ce n’est pas psyché, ça me fait péter un câble. Faut les voir en live pour comprendre ! Ensuite, je dirais Ariel Pink. Il a ce côté un peu barjo, les disques sont extras et il a une vraie identité. Il a ce côté un peu sexy, un peu frais.

Laurie : Et en dernier, une pépite : TH da Freak. C’est le renouveau du psyché garage français. Ils sont l’un des premiers groupes qu’on a bouclé. Et ils sont de Bordeaux, comme moi !

Le Paris Psych Fest se tiendra du 1er au 4 septembre à la Cigale, à la Machine du Moulin Rouge et à La Station. Programmation complète en photo et plus d’infos ici.

Affiche 2018

  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.