Attention à ne pas s’y méprendre : Ross From Friends n’est pas là pour perpétuer le culte du sitcom qui rend tous les quadras nostalgiques des années 90, alors qu’on vient d’apprendre la mort de l’acteur jouant le rôle de Gunther, tenancier du bar préféré de Rachel ou Joey. C’est plutôt le projet d’un jeune Anglais qui s’est tellement emmerdé pendant le lockdown londonien qu’il a voulu rendre hommage dans son deuxième album « Tread » aux musiques électroniques venues d’Angleterre.  

Une étude anglaise qui n’existe probablement pas dit que tout au long de sa vie, on revient toujours à la musique qu’on écoutait adolescent. Un axiome qui bénéficiera à ceux qui ont eu la chance ou le bon goût d’être bercé par une musique potable pendant les années lycée mais qui doit virer à l’enfer pour les ados de jadis ayant opté pour Nickelback ou Christophe Maé. A même pas 30 ans, l’anglais Félix Clary Weatherall – qui n’est pas du tout le fils du regretté Andrew mais dont le père était un traveller anglais des 90’s qui parcourait l’Europe en bus pour mixer de la Hi-NRG  – arrive déjà à l’heure de la mélancolie.
Plus connu sous le nom de Ross From Friends, dont l’origine viendrait d’un DVD coincé dans le lecteur du studio où il enregistrait ses morceaux l’obligeant à se taper les romances de Chandler et Monica pendant des mois, avait déjà épaté la sphère électronique anglaise en 2018 avec son premier album « Family Portait ».

Le confinement sévère appliqué en Angleterre étant passé par là entretemps, il a du rester bloqué pendant des semaines entre quelques rues autour d’Old Kent Road naviguant de son appart à son studio : l’occasion pour lui de revenir sur toutes les musiques nées dans le sud londonien et les fêtes qui l’ont marqués à jamais dans ses jeunes années. Un terreau fertile qui devrait rapidement se tarir avec la gentrification galopante de son quartier d’enfance où il doit contempler les repaires à baristas et amateurs de craft beer remplacer les clubs poisseux et surchauffés.

Et pour son deuxième disque « Tread », il a donc choisi de parcourir tous ces sons qu’il a notamment pu emmagasiner grâce à ses talents de nerd et la création d’un logiciel qu’il a nommé Tresho, lui permettant de lancer l’enregistrement suivant certains preset (le temps a dû être long). Il l’a d’ailleurs mis en libre service sur la plateforme Max For Live d’Ableton. Il en ressort un album ultra-varié où le dubstep influencé par Burial notamment (Daisy, le magnifique XXX Olympiad) vient se mêler sur le dancefloor à de l’électro parfois un peu trop emphatique pour les non-initiés comme moi qui pourraient y voir des relents EDM (Love Divide, Revellers).

S’il balaye aussi la drum’n’bass (la fin de XXX Olympiad ou Grub) ou l’ambient (Morning In A Dusty Room), Weatherall retravaille dans son labo du trip-hop avec samples de soul (A Brand New Start) ou du abstract hip hop à la Mo’Wax (Splatter/Splatter) jusqu’à la house filtrée à la française de Life In Mind.

Tous les férus de Dance anglaise au sens large du terme vont trouver leur bonheur dans cet hommage vibrant à ces sonorités électroniques si particulières ayant émergé chez nos voisins depuis plus de quarante ans. En n’oubliant forcément pas de placer un clin d’œil au pape Aphex Twin avec Tresho_1.0 qui renvoie directement au génie des Cornouailles du milieu des années 90 circa Alberto Balsalm ou Flim. Et cela va au-delà du simple récital d’influences virant au mausolée tant il parvient à y apporter sa touche et une forme de mélancolie prégnante qui habite tout adolescent attrapé par la passion de la musique.

Ross From Friends // Tread // Brainfeeder
En tournée en France :
-3 novembre – Aeronef, Lille
-4 novembre – Trabendo, Paris
-5 novembre – Le Sucre, Lyon

  • 61
    Partages

2 commentaires

  1. Parlez nous de abba & zz top parlez nous de aerosmith & zobie- arrêtez de vous la péteret de vous gonfler d’orgueil, 3 /4 personnes acheteront c disques chroniqués

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.