« Un label de musique indépendant qui affiche clairement ses valeurs : Queer, transféministe, anti-raciste et résistante ». Pas certain que les déclinistes et autres apeurés du grand remplacement goûtent la déclaration de naissance de Warriorecords, la nouvelle maison de disques crée par la musicienne Rebeka Warrior. Tous ces gens feraient mieux d’écouter la première signature dite « inclusive », à savoir Maud Geffray. On y entend le bruit des glaçons réchauffés et c’est un superbe rebond pour la moitié de Scratch Massive.

Trois titres, et puis s’en va. Et puis, on y revient. « Free Fall », puisque c’est son nom, est le nouvel EP de Maud Geffray chez Warriorecords. Au-delà du manifeste esthétique et social du label sur lequel on ne s’étendra pas plus tant les valeurs défendues coulent de source, les 11 minutes que dure cette nouvelle production confirme tout le bien qu’on pensait déjà de Maud Geffray. D’abord avec Scratch Massive, puis en solo et récemment pour un album hommage à Philip Glass. Loin de son groupe fondé avec Sebastien Chenut – auteur quant à lui de l’excellente musique du docu Netflix sur DSK – Maud fait ici dans la ouate, la cotonneuse, la musique de poudreuse dira-t-on. C’est de saison.

« Free Fall », ou chute libre en VF, cache en réalité l’envie d’une musique moins dark. Bon, ce n’est pas La Compagnie Créole non plus, faut pas déconner. Mais cette courte parenthèse musicale sait au moins éviter le remplissage et placer une espèce de mini-tube d’appartement avec Moonshine, un titre lumineux ;  une espèce de « musique électronique de véranda » à travers laquelle on peut regarder dehors, mais sans jamais se cramer les paupières.
Pas de chute libre donc, mais au contraire un essai ré-créatif qui permet à Maud Geffray de reprendre l’élan nécessaire avant la sortie imminente de son deuxième album solo chez Pan European Recordings courant 2021.

Peut-être est-ce dû à leur âge (et donc : à leur expérience), mais toujours est-il que Maud Geffray et Chloé s’imposent peu à peu comme ces rares musiciennes dites « électroniques » refusant la tyrannie de l’apparition sur les réseaux sociaux et, discrètement, se faisant une place au sommet de discographies à la fois froides et impeccables. A l’image de ces 3 titres qui permettent à « Free Fall » d’être tout comme un coup d’EP dans l’eau.

Maud Geffray // EP Freefall // Warriorecords
https://warriorecords.bandcamp.com/album/free-fall

  • 193
    Partages

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.