Signé sur le label Factory, truand de la galère aux côtés de Section 25, Joy Division, OMD ou The Durutti Column, le groupe A Certain Ratio a passé sa carrière à brouiller les pistes. A l’occasion de la sortie d’un somptueux coffret anniversaire et d’une tournée Européenne, votre serviteur a tenté de s’entretenir avec eux. J’insiste sur mot « tenter »…

Ce n’est pas tous les jours que l’on écoute A Certain Ratio. On a l’habitude de les mettre dans le même wagon Factory Records avec le reste de leurs camarades, comme des éternels seconds couteaux. Et on a tort. A l’écoute de leur coffret “ACR : BOX” – 54 morceaux, tout de même – je suis étonné de la vivacité de leur carrière, surtout lorsque les Mancuniens naviguaient sous les radars à la moitié des années 80. Le nombre de faces B obscures donne le vertige : entre jazz, psychédélisme tout en restant pop, avant-garde formelle, funk robotique, dub fumeux ou tout simplement baggy-dance pendant la folie Madchester. ACR est un projet d’une rare ambition qui a influencé les Happy Mondays et LCD Soundsystem.

Anyway, c’est donc un groupe beaucoup plus inspiré que l’interview qui va suivre. La faute à une communication pas toujours optimale. Surtout pas à celle du charmant et patient Jez Kerr – leader et bassiste d’ACR – qui doit toujours se demander qui était ce mec qui lui a téléphoné ce jour-là…

Je compose le numéro : attention, le cirque avec sa grande parade d’éléphants et d’acrobates en legging à paillettes va commencer !

Allô, Jez? 

Ouais, allô ? [Putain, y a plein de bruits, on dirait que le mec appelle depuis un sous-marin. Je commence à pressentir que cela ne va pas être simple.]

Oui, vous m’entendez, c’est ok pour vous ? 

C’est qui ?

C’est Gérard, pour l’interview pour la France, Gonzaï, je voulais sav….

[Avec une voix atterrée] C’est qui ?!

Gérard pour Gonzaï, c’est au sujet de…

Je suis en train de conduire, là. C’est qui ? [Ca y est, je transpire : je sens le mauvais plan.]

C’est pour l’interview. Depuis Paris. L’interview pour la France. Moi, c’est Gérard et…

Qui ça ? [Pour lui seul]. Putain, je n’entends rien, merde. Je conduis, là. Il faut me rappeler dans 20 minutes, je suis en voiture !

[je parle lentement en détachant les syllabes en criant presque] Je-m’a-ppe-lleuh Gé-rard et…

D-J QUOI ?!

Ok, sinon on peut remettre cela plus ta…

Écoute, Je suis en train de conduire là ! [L’espace d’un instant, j’imagine mon coup de téléphone être à l’origine d’un accident de voiture fatal à une gloire du post-punk anglais.]

Ok, si tu préfères, on peut se rappeler dans…

BEEEEP ! [Ça a raccroché].

Oui, vous aussi vous êtes arrivé à la même conclusion que moi : c’est mal barré pour en savoir un peu plus sur les circonstances de ce somptueux coffret qui réunit des morceaux obscurs et parfois intrigants. Mal barré pour tenter de suivre le fil de ce groupe qui n’a décidément rien fait comme les autres : de leurs débuts post-punk sinistre en briques rouges aux côtés de Joy Division, la période où on les voit traîner leurs physiques d’anglais qui ne voient jamais le soleil aux Bahamas avec Grace Jones puis tenter l’expérience New Yorkaise aux côtés d’ESG pour se réinventer plus tard en groupe purement indie-dance à l’époque de Madchester.

Bon, Jez a dû garer sa bagnole. Après un bref échange de SMS pour faire signaux de fumée, je compose à nouveau le numéro.

Allô Jez, c’est encore moi. C’est ok ?  

Oui, c’est ok. Je suis au calme, là.

Pour commencer je voulais savoir comment se passe la tournée. Avec A Certain Ratio j’ai vu que vous avez recommencé à…

Attend excuse-moi, mais tu es qui en fait ? [Oh ! Putain, ça recommence.]

Comment ça, je suis qui ? Bah, c’est Gérard. C’est pour l’interview et…

Ah ok, putain l’interview, oui. Je n’ai eu aucune information au sujet de ce coup de téléphone. Mes excuses mais on m’a prévenu au dernier moment.

Ok. Il n’y a aucun souci, cela arrive. Ma première question [Enfin !], si tu veux bien, je voulais savoir si la tournée se passait bien et..

[Il parle tout seul.] Merde j’entends mal. C’est pour qui, cette interview tu dis ? Le web, un magazine ? Je n’ai pas trop eu d’information.

Euh… Bah, c’est pour le web. Une interview pour la France, quoi. J’appelle depuis Paris. Mais sinon on a un magazine papier aussi, qui est plutôt axé sur…

Allô ?

[Silence.]

Désolé. Tu disais quoi ?

[Je me sens seul, j’ai envie de boire de l’alcool.] Oui, au sujet de la tournée avec A Certain Ratio…

Désolé, mais je t’entend assez mal, tu dois parler plus près dans le téléphone.

COMME CA C’EST MIEUX ? 

Oui, c’est beaucoup mieux, merci.

Résultat de recherche d'images pour ""a certain ratio""Donc au sujet de la tournée…

Tu veux savoir si la tournée se passe bien ?

Euh…Ouais [Je me rends compte que ma question est lamentable. En général, la première question est posée pour briser la glace. Mais avec Jez, on a pété une partie de la banquise, en fait.]

Oui cela vient de commencer à peine. On a juste joué à une warehouse party la semaine dernière pour se chauffer. La tournée commence vraiment mi-octobre avec aussi des dates en Europe, et ce, jusqu’à l’été prochain. On dans les derniers préparatifs, on s’accorde sur la setlist en incorporant des morceaux que l’on a rarement joué aussi. Mais cela s’annonce super.

Vous passez bientôt à Paris, comment vous le sentez ? [Putain, je ne me sens pas en forme, là.] 

Oui, le dernier show à Paris, était à la Maroquinerie, il me semble. C’était vraiment super et le public était très enthousiaste. On a hâte d’y retourner.

[J’enchaîne, je ne me laisse pas abattre]. Comment est venu l’idée de ce coffret énorme “ACR : BOX” ?

Cela fait presque vingt ans que nous n’avons pas sorti d’album. Jusqu’à présent c’était des compilations qui ont un trouvé un écho favorable pour toute une nouvelle génération qui ne connaissait pas notre travail. Pour la suite, on voulait donc quelque chose de particulier, un bel objet, un peu comme une surprise. Les premiers vingt morceaux sont basés sur les singles de notre carrière, avec les faces B. Les morceaux suivants sont des raretés jamais sorties comme notre reprise de Houses in Motion des Talking Heads. Des chansons qui ne sont jamais sorties où l’on essayait plusieurs choses au niveau du mixage final et des sonorités.

Quel a été votre sentiment lorsque vous vous êtes plongé dans ces ambiances particulières et ces titres oubliés ?

Oui, il y a en a beaucoup que l’on a oublié. Par exemple, l’époque de la fin de notre collaboration avec Factory Records vers 1986-1987 : ils ne pouvaient pas nous payer mais nous avons pu récupérer nos masters. Et ce coffret ACR: BOX est un très bon exemple de notre travail une fois passé dans l’écurie du label Mute, avec peut-être certains travaux qui sont passés sous les radars à l’époque. C’est du superbe travail.

On trouve dessus une session prévue à l’origine avec Grace Jones. Comment cela s’est passé ?

Oui on l’a rencontré et on a voulu enregistrer avec elle. C’est toujours sur cette reprise des Talking Heads. Cela fait partie des morceaux que l’on a redécouverts quand on a récupéré les masters de Factory; on avait complètement oublié ces sessions. On a pensé que c’était une superbe idée d’enregistrer avec Grace mais je pense que Chris Blackwell n’était pas d’accord à l’époque ah ah ! Grace a assisté aux sessions, on a essayé des trucs ensemble mais elle n’a jamais pu finir ses prises sur ce morceau. Ces sessions étaient enregistrées par Martin Hannett.

C’était comment l’ambiance et les relations entre tous ces groupes de Factory records ? Il y avait de la compétition ou de la bienveillance ? 

Je pense un peu des deux, avec le recul. On avait toujours un œil sur ce que chacun faisait et on s’inspirait les uns les autres. Le fait d’être tous ensemble sur Factory faisait dépasser le simple lien d’un groupe seul mais donnait à l’ensemble le sentiment de faire partie d’un gang plus vaste.

Ma dernière question [Oui, déjà.] te concerne directement, Jez. J’ai vu que tu as eu une carrière de footballeur dans ta jeunesse…

Oui, c’est vrai j’ai fait du foot très jeune à un niveau professionnel. Mon oncle, Eddie Thomas, était footballeur professionnel lui aussi. Il jouait pour Everton dans les années 60: un grand buteur !

Tu as disputé des matchs dans les stades, et tout ça ? 

Si j’ai joué dans stades ? Ah ! Ah! Quand j’avais 11 ans j’ai été recruté par le centre de formation de Manchester United. A l’âge de quinze ans je pratiquais le football tous les jours, à un niveau quasi-professionnel. J’étais ramasseur de balles pendant les matchs à Old Trafford mais je n’ai jamais eu l’occasion de jouer des matchs de premier league. Je jouais contre les autres centres de formation. Je voulais jouer plus tard pour Man-U et mon rêve était de jouer en équipe nationale. Malheureusement, j’ai eu une vilaine blessure à la cheville qui a mis fin à ma carrière. Cela est arrivé pile au moment du mouvement punk et j’ai mis mon énergie et ma rage dans A Certain Ratio…

Allô ? 

A Certain Ratio // ACR: BOX / Sorti en 2019 chez Mute records 
https://www.acrmcr.com/

A Certain Ratio sera en concert unique à Paris au Petit Bain le 25 octobre 2019.

7 commentaires

  1. un petit peu punk quand même, j’ai passe une soiree arrosee splifs & tekillas & white wine ils jouaient dans un parc, debut de rupture avec un minot du pays_basque, ( entre parentheses, pas beaucoup bougé les baleapopos) retour sous la tente, re white wines, beers & tequillas…. bck a l’hostel a 2mns, tv a plein gaz canal sport pour replay un match de madchester city vs madchester unity….. Bonsoiir les PUNKS/FUNKS/ one JUNK ?

  2. …petit extra, j’y etais aussi, bro ?, un con de gosse a lancé une tasse sur leur chanteuse, elle s’aufusque, hein c’est vrai! le chanteur bassiste lache sa basse saute dans le curfew (si qui yetait bouches bées) un autre en chemise blanche poursui le chanteur et le ‘separe’ de l’ipotetique arceleur! le poursuivant en chemise convaint le chanteur de poursuivre le show, & çà termine sur une samba a toute allure façon basement jaxxx, apres le chanteur cherchait un bout a fum avec le mec a chemise, je les vus tous partirent en zig_zag, je les trouvent tres ROCK, ou PunkFunk, mais en 2019 c’est assez rare!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares