Plutôt que de surfer sur le culte mondial voué au groupe qui l’a fait connaître, Irmin Schmidt is back to basics avec un album de pianos préparés selon la méthode John Cage, qui fut son professeur au royaume de Fort Fort Lointain.

Il y a trois ans, celui sans qui l’album “Tago Mago” de CAN n’aurait pas la même saveur expliquait à nos confrères de Sourdoreille : “J’ai travaillé avec John Cage il y a longtemps. Il avait sa philosophie sur le silence. Je suis attiré par cela, depuis tout petit“. Un demi siècle plus tard, Irmin Schmidt, à un âge où d’autres auraient bien fait de collectionner les albums photo, s’est finalement décidé à remettre le couvert, mais très loin du krautrock – du moins en apparence. Le nouveau disque s’appelle “5 Klavierstücke” et comme les fans de Derrick en V.O. l’auront déjà compris, il est composé de cinq pièces pour claviers, au style minimaliste, dépouillé et jouant surtout sur les interstices. 

Rappel aux non initiés : un “piano préparé” est un piano dont les sonorités sont altérés par divers objets placés sur les cordes. Le communiqué de presse indique que “tous les sons ambiants ont été enregistrés sur place, dans le studio provencal d’Irmin Schmidt, avec uniquement deux pianos, un Pleyel et un Steinway vieux de 100 cent ans”. Un premier morceau est déjà en écoute, et forcément, c’est autre chose que la tournée d’adieu d’Elton John.

“5 Klavierstücke” sortira le 16 novembre chez Mute (qui fête d’ailleurs ses 40 ans en 2018)

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.