Fille d'agriculteurs trop souvent confondue avec une bourgeoise surexcitée, la comique sortait en plein nineties un chef-d'oeuvre inusable de la pop française, aujourd'hui réédité par Tricatel. Vingt ans après, peut-on enfin remercier Valérie ?

1996. Alors que Zidane s’apprête à signer à la Juventus de Turin et que le président branché François Mitterrand s’offre un dernier court-circuit pour un monde qu’on espère un peu meilleur, un ovni arrive sur les tables de la loi de la french pop. Enfin, de la french pop… La période est assez légère, mais pas au point de parler de nouvelle chanson française. Les concepts et genres musicaux ne se sont pas encore démultipliés et l’étrangeté en question atterrit tranquillement au rayon variété française. Pas loin du rayon surgelés chez Carrefour où tu trouves encore des cd’s.

Mal distribué par BMG, « Valérie Lemercier chante » est l’oeuvre du couple Burgalat-Lemercier. Et la toute première référence d’un nouveau label, Tricatel, dont Burgalat est le boss et qui tire son étrange nom du navet sublime de Claude Zidi, L’aile ou la cuisse. Un premier effort perçu alors comme une curiosité sympathique. Pas vraiment comme un grand disque. Peut-être parce que l’enregistrement a duré trois jours et qu’il fleure bon la candeur et la gentillesse. Peut-être aussi parce que ces valeurs font peur à des fans de Nirvana encore endeuillés ou à des britpoppeux plus intéressés par l’inclinaison de leurs franges que par les arrangements fantastiques du maître de maison. Conclusion : les tops de fin d’année 96 l’oublieront tous ou presque. Il faut dire que la concurrence dans le genre est rude avec un Katerine sortant la même année « Mes mauvaises fréquentations », soit son meilleur avant de glisser peu à peu vers… autre chose.

Mais voilà, ce disque, qui s’y frotte un peu s’y pique forcément. En le découvrant, plus d’un acheteur se retrouve marqué au fer rouge. Normal, l’objet a quelques atouts à faire valoir, au-delà de la divine plastique (car oui, Valérie Lemercier est méga-bonne) d’une comique de 32 ans au top de sa forme et dont les spectacles comiques emballent public et critique. Une star du moment. Trois ans plus tôt, cette grande gigue a même contribué au monstrueux succès des Visiteurs, un des plus mauvais films français des 90’s (si on excepte l’intouchable Sup de fric sorti un an auparavant avec Anthony Delon) qui explose le box-office avec 13 millions de fucking spectateurs (j’y suis allé deux fois, tu vas pouvoir me jeter des pierres). Sans illusion sur le rayonnement artistique de cette affaire médiévale à deux balles, Lemercier trouve le temps d’enregistrer cet album intemporel avant de refuser de signer deux ans plus tard pour une lucrative suite des Visiteurs dont l’état d’urgence actuel m’interdit de piper mot. Grâce à une production certifiée PH neutre, « Valérie Lemercier » chante se révèle inusable, labellisé Out of time pour paraphraser Michael Stipe.

Pour celles et ceux qui en douteraient, une édition vinyle (la première) sort pour fêter encore un peu plus les 20 ans d’un label phare de la pop française. Si les temps changent, les pochettes aussi. La robe jaune cirée de la pochette ’96’ a laissé la place à un manteau rouge sanguin pas dégueu. A la barre, toujours Mondino. Ce même Jean-Baptiste Mondino responsable de pochettes ultraléchées pour Prince, Bashung, Daho ou encore Björk. Un poids lourd de la photo, un Holyfield de la pellicule. Un homme qui réalisera même des pubs pour Jean-Paul Gaultier, monsieur corset de Madonna. Le nichon est peut-être d’ailleurs le point Darwin de cette affaire. La face A du vinyle de Lemercier s’achève ainsi sur le pigeonnant 95C. Notre grande tige y chante les vertus des différents tours de poitrine et les années Lycra d’une jeune fille en pleine mutation, bien avant l’ère Marvel. Ces années adolescentes où les Twix font parfois des ravages sous les tee-shirts Mickey. Vingt ans plus tard, Miley Cyrus arbore fièrement en concert une poitrine en plastique moulée sur sa propre paire de citrouilles. Les temps changent donc, et le body plastic a remplacé le body painting. On attend plus que celle qui arrivera sur scène nichons à l’air [Natasha d’AS Dragon l’a presque déjà fait, NDR] puisqu’Iggy pop ne semble pas décider à passer le cap du transgenre. Et elle ne devrait plus trop tarder.

Une pochette assez étonnante. Moins belle que l’originale, elle cache un petit scorie sur son recto. Le titre Bungalow y apparaît deux fois. Fouettons le graphiste une deuxième fois, car les titres ne sont pas dans l’ordre. Un désordre qui se justifiait en 96 par la forme de flèche des mots ainsi superposés, une élégance discrète qui allait bien au disque. Mais qui ne fonctionne plus en 2015. Une pochette un poil tape-à-l’oeil, c’est malheureux, mais ce n’est pas grave. D’autant qu’en pop music, le contenu est bien plus important que le contenant. Selon les études du CNRS, le ratio s’établirait scientifiquement à 80% pour la musique et 20% pour l’artwork. Et là, « Valérie Lemercier » chante marque des points.

Ce disque est avant tout un disque de femme. Drôle, amère, touchant, mets ce que tu veux derrière mais sache que les arrangements de Burgalat vieillissent mieux qu’une poupée gonflable vintage. Et les textes de Lemercier sont fabuleux. Oui, oui, fabuleux. Ce disque, c’est aussi l’histoire d’un couple, puisque Bertrand et Valérie filent alors un parfait amour. La légèreté est de mise, on le sent du sautillant Mon oreille pleure au bandant Le cheval en savon, plus stimulant que tous les petits canards en plastique du monde. Monsieur l’ambassadeur frôle le chef d’oeuvre, et les arrangements de Burgalat la stratosphère. On ne va pas vous faire le coup du track by track, même si Bungalow mériterait de tourner en boucle dans tous les openspace du monde.

Vingt ans plus tard, l’innocence a disparu. Aujourd’hui, Valérie Lemercier ne donne pas de promo pour reparler un peu de ce disque et c’est bien dommage. Même si ça correspond bien à la plus mystérieuse des comiques, celle qui refusait alors d’enregistrer ses spectacles pour ne pas perdre leur effet de surprise et leur fraîcheur. Deux décennies après, la curiosité est devenu un petit classique.

Valérie Lemercier // Valérie Lemercier chante // Tricatel (édition vinyle 20 ans)

  • 35
    Partages

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.