Des synthétiseurs glaciaux et la méditerranée en hiver : voici comment Antonín Appaix a décidé de présenter son premier titre, « Ta Peau Contre Ma Peau », un slow synthétique aussi mélancolique qu’un couché de soleil sur le vieux port, le jour de Noël.

À Marseille, on danse joue contre joue sur de la synthé pop aquatique. Tout du moins, c’est ce qu’aimerait bien croire Antonin Appaix. Après avoir tourné dans bon nombres de groupes garage – Les Jolis, Jeanne & Olivier – il se lance maintenant en solo avec ses machines.

Les copains Mathis Potel et Maxime Morel de la Secte du Futur sont venus donner un coup de main pour l’arrangement et l’enregistrement de ces chansons parlant d’amour sous-marins. Si certains synthés peuvent faire penser à Éric Serra – plus période Subway que Le Grand Bleu – l’honnêteté des textes et de la démarche est assez touchante et mystérieuse pour se repasser la chanson en boucle. Tout cela sent bon la farniente à Marseille, où « faire du scooter pété, trainasser au Panier, danser sur les rochers et mentir à ma mère” ressemble au paradis pour laisser sa jeunesse filer.

Plus d’infos.

 

  • 295
    Partages

8 commentaires

  1. Mon cher Bester ,tu les recrute chez tati ou au prisunic tes scribouillards de pigiste ,en plus d’ecrire à la truelle leur diarrhée verbale ,ils se payent en plus le luxe d’avoir des gouts de chiottes.C’est pas possible Gonzai veux ma mort ou quoi?la musique d’antonin machin rayent mes tympans

  2. Bravo pour ce morceau!
    c’est très délicat, très sensible.
    Les arrangements sont bien faits également.
    C’est un très bon renouveau musical,
    continuez Mr Appaix!!!!
    amicalement,
    Serge C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.