Le trash, vu de l'autre coté de la barrière, ressemble toujours à des patures en vitrine. Pourquoi n'aurait-on pas nous aussi, pauvres français OUIN-OUIN, notre violence rouge-bitume

Le trash, vu de l’autre coté de la barrière, ressemble toujours à des patures en vitrine. Pourquoi n’aurait-on pas nous aussi, pauvres français OUIN-OUIN, notre violence rouge-bitume, des éclats de sang pour immaculer les f(r)actures du quotidien et un peu de cuir pour égayer la médiocrité d’une France qui refuse tout larsen ? Avouons-le ici, une bonne fois pour toute, toute tentative de trash à l’intérieur de nos frontières est un échec. BOUH-BOUH. On pleure.

On s’étend tellement sur le « lacrymal on est mal » qu’on en oublie, comme l’imbécile qui pointe le doigts vers la lune, que certaines parures sont pourtant à portée de main. On peut bien rêver bottines et foulards, MST et pilou-pilou des Cramps, toujours est-il que le premier album de This is Pop (ils sont français et parlent la même langue que vous, mais avec d’autres mots) tranchent avec l’essai du gai-poli qui caractérise la concurrence. Enfin, la concurrence… Combien sont-ils encore à pouvoir se reconnaître de Robert Malaval, des jeunes gens modernes et de l’esthétique ou de Sacher Masoch ? Spank me baby, et plutôt en guitare. Fais moi mal poupée, à travers les enceintes, oh oui, je sens que ça vient.

Sur White monkeys, le premier album soigné au Mercurochrome, il y a des guitares tendues comme un arc, des références implicites à la décadence James Chance (le Sax y a été remplacé par le Sex), de la ballade romantique pour annoncer à vos parents que vous êtes séropo’ mais que “ca ira mieux demain”, toute une rage désincarnée qui fera dire au chroniqueur qu’il est encore possible de décrire une musique autrement qu’avec des gants de soie et une plume dans le cul. White monkeys, le son y est volontairement cra-cra, pour le respect des origines (Suicide, Cabaret Voltaire), penché vers l’avant-garde (parce qu’il n’y a plus que ce qualificatif pour redresser la Gaulle) et de gentils pastiches SM pour s’électrocuter les doigts dans la prise USB. Doux son de l’idéal pour se pendre les soirs de ral-le-bol, entre Poni Hoax et Cristal Palace. D’autres poètes électrocutés sur une chaise trop petite pour leurs histoires, avec le brin d’intelligence stupide qui leur va si bien au teint, morts pour la France parce qu’on y mourra en soldat inconnu.

Trois cent personnes à Paris à ma droite, une poignée de nerds provinciaux sur ma gauche (punks à chiens, homos refoulés, ados batcave, ton cousin qui a dit « merde au capitalisme »), This is pop séduit le monde entier. Du moins celui qui nous reste, avec des synthés gros comme des Titanic et la froideur mécanique des moteurs qui vrombissent à l’essence. Bien évidemment, ces garçons n’ont pas d’avenir. No Futur, comme ne le dit pas la chanson.

http://www.myspace.com/thisispop



  •  
  •  
  •  
  •  

48 commentaires

  1. THIS IS POP porte bien son nom et annonce en pur teaser schizophrène ce qu’il n’est pas en rupture avec le contexte musical actuel. Aucune pop larmoyante dans la came de ce trio entriste, encore moins d’electro putassier ou de psyché passéiste. Aucune séduction directe ou sous-jacente pour nous gaver en affect bobo, adrénaline hype ou en LSD discount. THIS IS POP et va fa enculo. samedi 23 janvier (après-demain) venez écouter ce groupe issu du réseau ENTRISME, une revue un peu plus queer et déviante que la plupart des magazines dit “branchés” et cultureux. Suivez mon regard en direction de TECHRONICART mais attention à la fashion, ça leur pend déjà au cul. Je leurs ai déjà dit sur leur blog sélection. C’est dit. THIS IS POP en concert à la GARE AUX GORILLES Soirée NIIIMP THisTH

    http://www.facebook.com/event.php?eid=246801783548

  2. Ah… heureusement que Théolier est là pour défendre This Is Pop.
    La solidarité des provinciaux en exil sur Paname sans doute…

    Elle est où la rupture à l’heure où n’importe quel pekin ne jure plus que par la drumachine et le synthé dans le rock ? Elle est où la schizophrénie ? Arrêtez de boire, c’est juste n’importe quoi.
    Vous finirez tous dans les poubelles de l’Histoire, fashion ou pas.

  3. Mouais de l’ersatz d’ersatz : pas de quoi casser trois pattes à un connard. C’est juste joliment produit, presque trop sage, ça pue la posture… de là à comparer ça à Cabaret Voltaire ou Suicide… On dirait plutôt un Fischerspooner qui aurait mal sodomisé une Siouxsie ?

  4. Pfff… Voilà la hype de la hype, Théolier et les petits protégés d’Agnès B. Et encore, ils sont loin d’être les pires.

    C’est vraiment passionnant.
    Bravo Paris, bravo les années 2000…

  5. J’avais pas vu le clip. La chanteuse ressemble à ma caissière de supermarché et j’ai déjà entendu la musique deux millions de fois. C’est juste nul et inintéressant.

    Jetez une oreille sur Kas Product, un groupe qui faisait une musique comparable mais autrement plus intéressante au tout début des années 80, avec une chanteuse sublime.

    Ca vous changera de ces conneries hype de chez hype.

  6. “le son y est volontairement cra-cra” ben ouais c’est bien ça le problème et les compos si elles sont caca c’est volontaire aussi?

  7. Bonsoir à tout le monde

    Je n’ai pas lu tous les commentaires mais je crois me sentir un peu isolé sur mon papier, un peu seul à l’étroit à l’intérieur d’une guerre de tranchés entre Paris et la Province. Branchés VS le reste du monde? C’est encore ça le débat du jour, on en est encore là? Désolé les mecs, si on ne sort pas des pépites toutes les semaines, si parfois ça ne cause pas Magma / MJC / Chipolata (Just kiddin’ guys)

    Par pitié, si cela vous indiffère, dites que le groupe n’est pas bon, soit. Mais cessez ces oppositions régionalistes. Ou abonnez-vous à Rock & Folk. Lire ces échanges en mode courrier des lecteurs, autant laissez cela à Raffarin et autres amoureux de la décentralisation.

  8. @ bester
    Là, vous me décevez. Ressortir le coup de “mais arrêtez avec paris/province bande de fans de magma”, c’est un peu facile, non? Personne n’est entré dans ce débat sauf vous (Mais avouez, vous l’aimez le ressortir ce vieux serpent de mer “branchés vs pas contents attardés”(just kiddin’))…
    Mais c’est juste que vos lecteurs ont l’air de trouver ça nul (sauf un gars venu faire sa promo apparemment), c’est pas si grave… Après tout vous avez le dernier mot: “on ne sort pas des pépites toutes les semaines”.

  9. Salut lecteur GonZAI franchement j’aime la musique de Koudlam et le blog aussi d’après ce que je lis ici…
    Journalistes gonzai vous fourrez bien profond votre langue dans le hypest cul de Koudlam, This is pop? c’est pas mal comme groupe c’est même bon!
    je suis donc sur que vous n’avez aucuns problèmes avec le gout que la hype laisse à votre langue,
    Avouez c’est un faux argument “hype” ou pas Province/paris sur ce groupe??
    Mais quel est le vrai problème?

    Amicalement ?
    K.

  10. J’emmerde le destin2merde, j’encule les conjonctures foireuses, voilà samedi 16 janvier de l’an 2010 une pétasse de l’ouest parisien vient renverser une vodka sur mon ordi situé à l’est… Faut que sa main droite culbute la menotte gauche de Fleur et voilà/ toute la vodka se répand dans mon cerveau externe et grille la carte son et la lettre “A” // “A” comme LOVE comme ENFER comme CHIEN mais rien à foutre j’allume mon ASUS Eepc PS series sous Linux offert par Chloé Delaume & IGOR (ben wé ç’est çà la classe2nerd…) et là, dans ce studio je mets à fond les ballons un morceau THIS IS POP des THIS IS POP une démo (plus rare tu meurs comme mon MAC TITANIC.. so long’ sweet heart) et les blacks qui refont la porte de ma voisine fument, je leurs offre mon rhum arrangé et j’allume ma 360_ THIS IS POP que je buzz sur GONZAÏ. Quand tu joues gratos en soutien au SDH t’as même pas idée comment TH te suck jusqu’à la moëlle Garçon.

    DEMAIN THIS IS POP @ GAG
    http://www.facebook.com/event.php?eid=246801783548&ref=mf

    ça va être les meutes

    *http://thth.free.fr/zik/UDO/playlist4/this_is_pop.mp3

  11. M. Th, je vous aime bien. Vous êtes presque toujours triste à lire mais je vous aime bien.

    Je voulais juste dire à l’auteur du papier que j’ai eu l’impression que c’est lui qu’a commencé : “Trois cent personnes à Paris à ma droite, une poignée de nerds provinciaux sur ma gauche (punks à chiens, homos refoulés, ados batcave, ton cousin qui a dit « merde au capitalisme »”

    Faut quand même admettre que le mec de province qui lit ça ne s’en sent pas particulièrement flatté et qu’il se demande ce qu’il a fait de mal…

  12. Yo. Ici la réponse du mec, pour une explication de texte:

    300 personnes à Pari et une poignée de nerds provinciaux, ca représente un groupe global de peu de personnes, parce que ce type de musique n’intéresse pas grand monde ici, en France. La preuve avec les commentaires.

    PS/ J’aime la province, j’en viens, et c’est pour ça que j’aime Paris.

  13. c’est une évidence, la grande majorité d’entre nous viennent de province et souffre du syndrome des illusions perdus …
    BSTR n’insulte personne, il constate.

    pour moi il n’y a pas (peu) de musique typiquement parisienne ou de province c’est une connerie intersidérale
    un artiste est bon ou merdique point barre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.