Avec l’âge, la plupart des artistes tendent à fixer le consensus comme un point de fuite. Pour The Soft Moon, c’est l’inverse : chaque disque est un boulet posé plus loin dans l’océan couleur mazout. Avant la sortie du bien nommé « Criminal », il fallait donc faire passer un interrogatoire à Luis Vasquez.

« Quand l’écran s’allume, je tape sur mon claviii… » Ah non, merde, ça c’est du Polnareff. Il est 17H25, heure française, quand je tente de contacter Luis Vasquez, ma Marilou à moi, le genre avec un cocard et du noir partout, par WhatsApp.

– « Allo, Luis, comment ça v…
– Super…super. Je peux te rappeler dans 15 minutes ? 
»

Okay, on recommence donc. Dans 15 minutes, j’ai rendez-vous avec Luis Vasquez pour évoquer le cas compliqué de « Criminal », quatrième album de The Soft Moon toujours aussi peu lumineux, toujours aussi métallique (mais pas que). Comme le nombre d’écoutes de l’album a été limité par le nouveau label (Sacred Bones), impossible de partir sur de grandes envolées sur ce disque. On dira simplement que, comme les précédents, il s’avère impossible à d’écouter d’une traite en open space (à moins que votre objectif soit la défenestration de vos voisins de bureau, ce qui est une option) et que si vous souhaitez vider le dancefloor peuplé de cadres dynamiques écoutant Indochine sans rigoler, c’est l’arme qu’il vous faut.

Du coup, comme le compteur tourne et qu’on n’a plus beaucoup de monnaie, résumons l’affaire ainsi : si vous pensiez que The Soft Moon avait prévu de faire du pathos son fond de commerce en se vendant comme le fils caché de Kurt NObain, c’est raté ; Vasquez est aussi cool en interview que sa musique est déprimante, et rien que cet antagonisme suffit à conclure que l’américain, exilé depuis plusieurs années en Europe, croit vraiment autant en son désespoir qu’en son salut. Dit comme ça, c’est un peu bancal ; en bref, à l’image de cet album impossible à danser dont on apprendra, dans 10 minutes, qu’il a notamment été influencé par Michael Jackson. « Smooth Criminal », donc ? Okay, là ça fait bien 15 minutes que je patiente pour rappeler Luis, c’est parti.

Bon alors, c’est quoi cette histoire de crime pour le nouvel album ?

Tu parles du titre ? Well, c’est venu naturellement, pace qu’en fait ça résume bien ma vie. J’ai toujours l’impression d’être un sale type ; et puis j’ai reçu une éducation catholique, ça n’a pas aidé. Le fait de vivre maintenant à Berlin m’a également obligé à prendre un paquet de décisions extrêmes. Alors oui, certes, me définir comme un « criminel », ça fait un peu drama mais bon… aha.

Pourtant musicalement, encore une fois, tu es du bon côté de la ligne.

Peut-être, mais le sentiment est plus personnel ; disons que c’est le coté invisible de ma personnalité, cette facette que personne ne connaît, que je met sur la table, comme une confession.

OK plutôt que de voir un psy, tu fais des albums.

En quelque sorte oui. Précisément.

Et tu fais du pognon avec ta propre thérapie, plutôt malin du coup.

Oui, aha ! Et le plus ironique là dedans c’est que à la fois un combat intérieur et une source de bonheur pour moi.

La dernière fois que nous nous sommes rencontrés, tu m’as confié qu’à l’âge de 12 ans tu faisais des cauchemars sur la fin du monde, et que ceux-ci étaient récemment revenus. Ont-ils encore eu une incidence sur le son de « Criminal » ?

Tous les albums parlent de la même chose ; ils parlent de moi. Chaque chanson de The Soft Moon est une espèce d’autobiographie, un journal intime où je m’exprime sans filtre. Le premier album évoquait mon enfance, le deuxième revenait sur la situation de l’époque assez compliquée, avec « Deeper » c’était plus extrême et pour « Criminal » je souhaitais certainement exprimer encore plus clairement la colère face à ce qui m’entoure.

N’est-ce pas trop frustrant que les fans de The Soft Moon ne saisissent pas forcément le mal-être qui vous habite, et qu’ils préfèrent venir te voir en concert pour se déglinguer ?

Nan, je suis cool avec ça. Si les gens prennent du plaisir à écouter mes albums, à danser dessus, alors que je les ai écrit en étant en dépression, c’est okay.

Prenons les titres du nouvel album : Burn, It Kills, The Pain, ILL, Criminal… C’est vrai que c’est pas l’annuaire du bonheur.

Ah, je te le concède ! J’y avais pas pensé jusque là, c’est un peu dérangeant. La situation actuelle est, il faut bien le dire, assez décevante. Evidemment que le monde est peuplé de bonnes personnes, mais putain, globalement, c’est l’enfer non ?

Hélas oui. Tu te sens un peu comme les musiciens classique du Titanic jouant leurs partitions jusqu’au naufrage ?

D’une certaine manière, oui. A la différence que dans le monde réel, il me semble que nous savons déjà que nous avons pris la mauvaise direction.

Tu parlais de crime, et tu estimes être un salaud. Okay, pourquoi pas. Mais ne sont-ce pas tous les groupes qui ces jours-ci, tentent d’imposer des chansonnettes sur le bonheur dans une époque confuse qu’il faudrait condamner ?

C’est intéressant, parce que ta question me renvoie au fait qu’utiliser le mot « criminel » pour cet album se justifie peut-être par le fait que je me sens coupable de prendre du bon temps, et d’en avoir assez, surtout, pour tenter d’aller mieux. Peut-être que vouloir heureux, actuellement, c’est ça la pire erreur.

La seule référence qui me soit venue en écoutant « Criminal », étonnamment, c’est The Cult, pour le côté post-gothique. En vrai, qui peux-tu citer ?

En fait, les seules références qui me viennent pour cet album c’est Michael Jackson et Prince, pour les rythmiques. Si ça te botte je peux sembler faux cool et citer des groupes obscurs de musique industrielle, Einstürzende Neubauten, Suicide… oui, c’est sûr. Mais ce serait enfoncer une porte. Je ne pense pas à tout ça quand j’enregistre ; c’est très dur d’être original quand tu écris un disque.

Et écrire pour d’autres ? Tenté par des collaborations plus mercantiles comme Kevin Parker avec Lady Gaga ou résolu à rester tout seul, tout triste, jusqu’à la fin des temps ?

Honnêtement, j’adorerais pouvoir m’exprimer en dehors de The Soft Moon, et même bosser pour d’autres, même si je dois t’avouer que depuis que je suis en âge de composer, c’est toujours glauque, toujours en Mineur, etc. Je suis comme ça… mais ça ne m’empêche pas de, oui, vouloir bosser avec des artistes du standing de Lady Gaga. Ce serait excitant, rafraichissant, de collaborer avec quelqu’un qui serait si éloigné de ce que je suis.

Des noms ?

Étonnamment, plus des gens du hip hop. Kendrick Lamar par exemple, ce serait juste parfait pour moi.

On passe le mot.

C’est sympa de ta part.

The Soft Moon // Criminal // Sortie le 2 février chez Sacred Bones
https://thesoftmoon.bandcamp.com/album/criminal

En concert à la Maroquinerie le 14 février, le 16 mars à l’Epicerie Moderne (Lyon) avec Jessica93 (Gonzaï night). 

2 commentaires

Répondre à la colonna Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.