Il y a les rockeurs gros méchants qui vous promettent du larsen satanique mais qui ont une carte de membre chez Bio C’Bon ; il y a ceux qui font carrière avec des sweats noirs à capuche mais qui s’épilent le torse à la cire ; et puis il y a ces trois Hollandais qui pratiquent le Psych-House à la Van Gogh et vous arrachent les oreilles avec un disque aussi brutal qu’une perceuse.

« Imaginez La Düsseldorf et CAN gobant une chiée de pilules avant de jouer toute la nuit dans un squat des années 1980 et vous serez pas très loin du compte. » 99% des bios qui accompagnent les disques de bras cassés à qui on ne confierait même pas un briquet pour ouvrir une bière sont généralement l’occasion d’un ramassis de conneries visant à vous faire oublier que ledit groupe a pris le rock en option à la fac pour éviter de reprendre le garage familial. Avec Radar Men From The Moon (RMFTM pour les intimes), on sent bien que les quatre gonzes ne sont pas  là pour beurrer des tartines avec un clip en noir et blanc à 500 balles visant à faire d’eux de dignes concurrents de The Soft Moon sur le marché de Rungis de la cold-wave.

« Et si vous êtes fan de groupes comme The Soft Moon, Gnod ou White Hills, alors ‘Subversive II: Splendor of the Wicked’ devrait carrément être votre came. » Merde, raté. Enfin pas totalement. Parce que rares sont ceux qui parviennent à faire taper du pied sur le carrelage tout en déstructurant à ce point leurs morceaux, et que même si la recette du poum-tchak gothique CM2 façon The Horrors (quand c’était encore un groupe) a été tellement servie que vous avez envie de gerber dès que vous voyez un jean slim à dix mètres, oui, on peut le dire, mes bien chers frères, mes bien chères sœurs, RMFTM parvient en cinq morceaux à faire vriller la tête avec un mélange d’acid-house et de techno de Detroit mimée à la bouche sur un parking d’Eindhoven. Mettons de coté la prétention du groupe à se définir comme un collectif artistique (on a déjà eu WU LYF, merci bien), ‘Subversive II: Splendor of the Wicked’ est cet aspirateur à diesel qui fera rigoler les puristes mais devrait satisfaire quiconque aime se taper la tête contre les murs pour battre la cadence en même temps que le batteur bac-12. « RMFTM est certes instrumental, mais vous n’avez pas besoin de paroles pour sentir le parfum de la révolution. » Ça va, c’est bon : ta gueule la bio.

Radar Men From the Moon // Subversive II: Splendor of the Wicked // Fuzz Club
https://radarmenfromthemoon.bandcamp.com

a3959594021_10

  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.