Au beau milieu de l'ennui, du froid et des consanguinités du Nord-Est de la France, on trouve quelques types qui font de la musique. La

Au beau milieu de l’ennui, du froid et des consanguinités du Nord-Est de la France, on trouve quelques types qui font de la musique. La Grande Triple Alliance Internationale de l’Est, secte sonore dont l’idéologie bien qu’obscure est assez fascinante, compte aujourd’hui un sacré bon nombre de (bons) adeptes. Parmi eux, The Feeling Of Love, qui sort tout juste son deuxième LP OK Judge Revival sur Kill Shaman Records.

La flicaille danse le moonwalk. Des gosses se masturbent la corde au cou. D’autres ont du sang sur les mains, les genoux. Lorsque pyjama parties riment avec premiers cunnilingus, on ne sait pas vraiment où donner de la tête. On y laisserait d’ailleurs volontiers des bouts de cervelle, et c’est sans doute le cas. Oui, OK Judge Revival sue les instincts primaires version bitume. Il y a là-dedans quelque chose de malsain mais d’indéniablement attirant. Comme si on savait dès les premières secondes de You’re better than a dog detective que ce disque n’était pas moralement acceptable mais passionnant quand même, avec une petite bête logée dans le creux de notre cou poussant à l’écouter jusqu’au bout, et plusieurs fois. Une friandise qui promet caries et arrachage de dents… mais on se lèche pourtant les doigts jusqu’à ce qu’il n’en reste rien.

Après Night cold dance, vécue comme une course effrénée  à travers les rues puantes et glaciales d’on ne sait quelle ville de moins de 4000 habitants, c’est le souffle de Beyond the dirt, slow digne d’une boum pour adolescents zombies libidineux. L’agneau mécanique sacrifié, l’étrange culte que voue The Feeling Of Love aux années 90 (et à Julia Cafritz) révélé dans Goin’ back to the nineties, la première face s’achève sur l’hypnotique (Am I) fading out. Constat : quelques bouts de cervelle gisent de-ci de-là autour de la platine et il faut retourner le disque sans en mettre partout.

Le menton désormais plus proche du trottoir que des étoiles, les passions exotiques côtoient la police (bien) montée, de celle qui pue le vice mais dont l’uniforme propret fait rêver les lycéennes ingénues. Nouvelle éducation sentimentale ? The Feeling Of Love enseigne l’amour qui souille les draps, pas celui des papillons roses. God Willing, sans conteste le plus velvetien des titres d’OK Judge Revival, entraîne vers les bas-fonds de l’Humanité, l’Humanité la plus malsaine, la plus impie, la plus vraie peut-être. Suicides d’ados, détournements de mineurs, canicule, poils pubiens et autres parricides… Difficile de refaire surface après ça. Puis, en a-t-on vraiment envie ? Le sperme et le sang, c’est quand même plus excitant que les papillons roses, non? Et Young Jesus clôt l’un des meilleurs disques qu’il m’ait été donné d’écouter depuis ces derniers mois.

Dur de s’en remettre. Ça fait un bail que Kurt Cobain mange les pissenlits par la racine, que Kip Kinkel moisit en taule. Et les chiennes aboient jusqu’au petit matin, je les entends encore.

The Feeling of Love // Ok Judge Revival // Kill Shaman Rec.
http://www.myspace.com/thefeelingoflove

14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.