Chouette ! Tahiti 80 sort son nouvel EP. Faut que le poulpe en parle à son ami Jean-Louis. Solitary Bizness est un titre bien taillé pour son slip, ça va le décoincer un peu de la télé ! Entre Sex and the city et Secret story le pauvre a fini par en oublier qu’il y a des artistes qui travaillent pour lui, fabriquent la musique qu’il aime et le transporte loin … très loin.

Le poulpe se défend d’emblée, il n’y a aucun cynisme dans son chapeau. Jean-Louis est un gars très bien, comme tous ces jeunes cadres dynamiques qui empruntent le RER A tous les matins pour se rendre à la Défense. La peau grasse, les cheveux plaqués bien que se faisant déjà rares pour un trentenaire encore boutonneux et donc fort logiquement puceau, Jean-Louis mate le cul de tout ce qui ressemble de près ou de loin à de la femelle. Dans son iPod, le dernier Tahiti 80 passe en boucle, il s’évade pour un temps de toute cette masse laborieuse dont la promiscuité lui donne parfois la gerbe. Sur le parvis de la Défense, les corbeaux tous vêtus de noir, se rendent vers les immeubles des sociétés sinistres où les open space les attendent entre 10ème et 15ème étage. Jean-Louis va encore passer sa journée derrière son PC à reluquer les fesses de Véronique qu’il aimerait bien un jour voir débouler en mini-jupe ras la moule. Elle porte un costard noir comme lui, la salope, d’ailleurs comme tous ceux qui bossent ici, déjà morts dans leurs petites vies de salariés branchés.

Solitary Bizness oblige, Jean-Louis n’ira pas travailler demain.

Quand Jean-Louis rentre le soir, il se sert un Coca zéro dans le frigo. Sur la porte des chiottes une vieille reproduction d’un très joli paysage de Tahiti commence à jaunir. Ça fait longtemps qu’il a oublié la boîte de capotes qui traîne immaculée au fond du tiroir de son chevet Ikéa. Jean-Louis mangera, comme tous les soirs, ses Bolinos devant les Guignols de l’info. Il pourra se bidonner à la cantine avec Jean-Hugues demain ou après-demain plutôt. Il a posé un RTT, demain il a rendez-vous avec Muriel qu’il a rencontrée sur Meetic. Il lui demandera certainement ce qu’elle pense du dernier Tahiti 80 en finissant ses frites ; il lui offrira le Mac Do évidemment.

Le poulpe tu déconnes ! Et Tahiti 80 dans tout ça ?

Ben… Je crois que tout est dit. La musique de Tahiti 80 ressemble à toutes ces petites vies, sans goût, sans ambition, sans sexe, sans rien quoi. C’est aseptisé, conformiste, sans aucune imagination. Solitary Bizness pourrait être offert avec les petites bouteilles de solution aseptisante pour les mains, ça peut toujours servir après une petite branlette.

Tahiti 80 // EP Solitary Bizness // Discograph
http://www.myspace.com/tahiti80



  •  
  •  
  •  
  •  

7 commentaires

  1. Eh oh, pas un seul commentaire, pas une seule insulte, sur ce papier fendard? Tout le monde s’en fout, tout le monde est d’accord? (Rayer la mention inutile)

  2. Je suis d’accord sur le principe! Parce que j’ai jamais trop kiffé Tahiti 80. Et j’ai trouvé le papier bien écrit, mais plus déprimant que fendard en fait. Maintenant je vais tout de même écouter Solitary Bizness, tiens. Fin du com’, pour ce que ça vaut. La bise(ness).

  3. J’ai une certaine affection pour leur premier album, Puzzle, paru en 1999.
    C’était l’époque d’un hiver dans la grande maison sans chauffage de mon père et, portant trois pulls superposés, je buvais tout alcool qui puisse me réchauffer.
    Puzzle m’apportait aussi du bien être, comme un rendez-vous à la plage des puceaux.
    Depuis j’ai du chauffage, moins de couches en pull, je n’ai pas suivi la suite des aventures de Tahiti Douche et je bois toujours.
    (et je pense que mon post est moins pathétique que ce mauvais article)

  4. Ouais, ben c’est gagné alors … Fendard pour l’un, déprimant pour l’autre, mauvais pour le reste, c’est exactement ce qu’on ressent à l’écoute de Solitary Bizness. A la fin de l’envoi, le poulpe (se) touche …

  5. Eps Pierrot, aller avoue ! ça fait longtemps que t’as pas tiré un coup non ? T’aimerais bien la baiser la Véronique hein ? ah ah ah ah ah ! Un article naze pour un EP naze, des remarques pourries, pas de musique … Imbécile ! Ah ah ah ah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.