Lire l'Article

CHRISTOPHE
“Paradis Retrouvé”, des collages immédiats

Quand on tombe nez à nez avec le “Paradis Retrouvé” de Christophe, on pourrait presque croire à une boucle qui se boucle avec “Les Paradis Perdus”, une suite de points de suspension, des « morceaux » au sens littéral, puisqu’il s’agit de bribes laissées en suspens. Mais non, c’est “Paradis Retrouvé” au singulier, comme “Le Temps” Proustien, large programme d’une époque révolue qui ouvre une parenthèse repliée sur elle-même puisqu’il a, ce paradis, un début et une fin : « témoignage sonore des années 70 et 80 » sur les traces de l’ombre de Francis Dreyfus.
Lire l'Article
La playmate du mois