Lire l'Article

CHRISTOPHE
« Paradis Retrouvé », des collages immédiats

Quand on tombe nez à nez avec le « Paradis Retrouvé » de Christophe, on pourrait presque croire à une boucle qui se boucle avec « Les Paradis Perdus », une suite de points de suspension, des « morceaux » au sens littéral, puisqu’il s’agit de bribes laissées en suspens. Mais non, c’est « Paradis Retrouvé » au singulier, comme « Le Temps » Proustien, large programme d’une époque révolue qui ouvre une parenthèse repliée sur elle-même puisqu’il a, ce paradis, un début et une fin : « témoignage sonore des années 70 et 80 » sur les traces de l’ombre de Francis Dreyfus.
Lire l'Article
Partager
La playmate du mois