Le nouvel album de Bernard Grancher s’appelle “Pleurs Magnétiques” et il porte bien son nom. 

Avez-vous déjà entendu pleurer une machine ? La Meta-Machine de Jean Tingely par exemple. Non ? Eh bien c’est triste et beau à la fois. Mélangé avec quelques notes de guitare et des vocales métalliques par ci par là, ça donne les “Pleurs Magnétiques” de Bernard Grancher. Un album sombre qui nous fait perdre espoir en l’humanité et annonce un futur triste et gris. Un avenir froid comme une plage en hiver.

Après “Cocktail Monotone” en 2016, on retrouve un Bernard toujours aussi fou, qui expérimente et pousse à fond un style hybride et encore jamais vu (ni entendu). Parfois ça donne mal à la tête, mais ça, Bernard s’en fout. Rien n’est laissé au hasard : de son identité visuelle post brutalisme signée par Nicolas Nadé aux titres de l’album, tous plus barrés et sans espoir les uns que les autres. Quelques exemples triés sur le volet : La Fatigue Et L’Insupportable Bonheur Du Prochain, Prenons Le Temps De Disparaitre ou encore Fabriquer Son Propre Ammoindrissement (il y a un “m” de trop). C’est à écouter sans modération.

Pleurs Magnétiques, la 38ème sortie de Da ! Heard It Records est librement écoutable et téléchargeable à ici.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.