On vous avait clairement dit de ne pas laisser vos enfants jouer dehors. Pendant que vous aviez le dos tourné, le nez plongé dans les chroniques sulfureuses des versions studios en 23 prises de « Back in Black » d'AC/DC, vos mômes s'emmerdaient à mourir. Aujourd'hui ils représentent le déchet, la violence, et puent l’errance terminale. Ils n'ont peur de rien, et ne jurent que par Slovenly Records.

Ils ont commencé par shooter les chats d’égouts, à se faire cramer les avants-bras avec des cigarettes, puis ils ont dévalé les pentes du quartier sur un vélo, les yeux bandés. Les voisins ont même trouvé une gamine étalée de tout son long en bas de la pente, une voiture arrêtée devant elle. Le chauffeur était blanc de panique. La môme, elle, riait aux éclats d’être passée à deux doigts de la mort. Ils n’attendent plus rien, ne redoutent plus rien. On ne pourra plus rien faire pour eux. Il est trop tard.
Vous êtes responsables de ce désastre. Vous les avez laisser écouter Magnetix, New Coke, Bazooka, Acid Baby Jesus, J.C Satàn, The Anomalys, Thee Oops, Paint Fumes… Toute une armée qui prône l’imperfection et la satisfaction du désordre, et qui leur a siphonné la raison. La nouvelle génération est plus proche de la mort que de la vie. Et si vous nous trouvez alarmiste, écoutez donc le premier titre de l’émission « I want to fuck all the girls in my school » de Bazooka. C’est comme si les incidents de Fukushima s’invitaient dans vos cellules.

http://www.slovenly.com/ 

Rock à la casbah # Slovenly records : Podcast

 A taste of Slovenly Records by rockalacasbah

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.