On a tous en tête ce tableau de Goya dans lequel Saturne dévore sauvagement ses enfants. Alain croubalian et les Dead Brother sont tout aussi voraces.

Dead Brothers, projet protéiforme, a déjà consommé plus d’une vingtaine de musiciens depuis 1998. Ce turnover explique la richesse folle de Black Moose sur Voodoo Rhythm Records notre disque vedette. Nous dévorerons dans cette émission un peu de Grand Blanc, du stag O les Records (nouvelles compile inouïe), une pontiak et du Goat.

VR1285

  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.