Vouloir soutenir des disques et des artistes, en voilà une idée, surtout quand votre quartier général a le malheur de se situer en province, là où la presse ne s'aventure que l'été, lorsque sa plume est restée se reposer à Paris. Les labels indépendants de province se serrent la ceinture, mais surtout se serrent les coudes dans cette émission de Rock à la Casbah.

Être condamné pour son insolence, sa persévérance et sa géolocalisation, c’est la triple peine des labels indépendants qui ne sont pas nés sous la bonne étoile de la capitale. Et pourtant, derrière les cartes postales, les produits du terroir et les clubs de foot se cachent des initiatives très belles pour que la musique vive dans les meilleurs conditions et sous ses plus beaux apparats. Nous faisons le tour aujourd’hui dans Rock à la Casbah des labels de province qui offrent du temps et du fric à des musiciens, pour qu’un jour peut être certains se disent… « Nantes ? Kizmiaz Records », « Rennes ? Beast Records ! » «  Grenoble ? Hell Vice I Vicious records » « La Rochelle ? Frantic City records.. » Et ainsi de suite… Aussi cette émission s’intitule sans rivalité aucune (vraiment) : Not In Paris Records. Vive la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.