Le plus chiant dans la musique, c'est peut-être les gens qui l'écoutent. Ceux avec qui on se retrouve rattaché, sans trop le vouloir, selon l'humeur, on pourrait aussi dire que c'est une bonne chose que ce melting-pot. Jake Bugg, petit prodige anglais encensé par la presse depuis fin 2012, a réussi lui a regroupé pas mal de monde sous l’étendard du « nouveau Dylan » (comme c'est original) : les rescapés des 70 s, la ménagère qui vient de passer les 40 ans, le jeune rocker avant-gardiste, etc. Collocation difficile, donc.

Par fainéantise et méfiance, nous ne nous étions pas jetés sur la belle bête, et puis les esprits s’apaisant, nous avons décidé de passer ce disque sous la loupe de notre microscope. Nous apprécions cet album et rions de voir la major Mercury cohabiter avec les labels indépendants d’une playlist Rock à la Casbah. Dans un registre plus proche de nos affinités, nous faisons en effet aussi le tour de l’écurie psychédélique de l’Austin Psych Festival, mais aussi des nouvelles sorties, comme à notre habitude. Flash info, les nouveaux disques de The Feeling of Love et Kid Congo & The Pink Monkey Birds promettent des bonnes nuits blanches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.