L'histoire bégaye mais finit toujours par cracher le morceau. Un mec joue dans un groupe et entretient le rêve de sortir un vinyle. Les portes ne s'ouvrent pas. La démo reste dans les cartons. Quand elles s’entrebâillent c'est pour se claquer aussitôt avec des arguments rarement recevables : "pas assez vendeur", "trop sale", "pas assez mainstream", ... Face au refus massif et unanime, le mec décide de sortir tout seul son vinyle. La machine est lancée. Les copains qui ne trouvent pas de maison de disques viennent frapper à la porte. L'autoproduction améliorée vient de se transformer en label.

Bart a fondé Frantic City Records de façon analogue en 2006. Aujourd’hui il compte une vingtaine de références punk Lo-Fi. Ce numéro parcourt son catalogue avec les Rennais de Combomatix, les Toulousains du Jerry Spider Gang ou les Bruxellois de White Fangs. Comme toutes nos émissions même à Metz, c’est au tour de Bruno (dangerhouse) de nous louer les talents de ce groupe canadien, sans oublier le retour du punk estampillé « dirtnap records » avec Low Culture.

Rock a la casbah – free podcast

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.