Comme dans un mauvais scénario type "Les Dents de la Mer", quatre jeunes éméchés font une fête dantesque sur un voilier. Les filles les idolâtrent et les autres mecs les envient. C'est avec cette même désinvolture que les Black Lips se sont jetés dans cette eau infestée de requins.

Alors que le quatuor nage gaiement autour du bateau, encouragé par les hululements orgiaques des filles humidifiées par le succès soudain et cette coolatittude de tous les instants, les Black Lips ignorent que sous leurs nombrils rôdent les squales. Promis au succès depuis leur premier album, les Américains ont retardé l’échéance. Celle de se jeter à l’eau corps et âme, de se livrer comme appât à la grande industrie. Avec « Arabia Mountain », ils ont nagé dans le sillage d’un Mark Ronson pas assez affamé pour les dévorer. Le souffle de la bête est là, prêt à produire un album bankable sans spontanéité.
C’est au Ninkasi Kao à Lyon que Benjamin a rencontré Joe Bradley et Ian San Pé, respectivement batteur et guitariste. Ils nous expliquent avoir déjà fait un pied de nez au succès avec l’ultra-garage « 200 Million Thousand », et pensent bien digérer le tournant « Arabia Mountain ». Ils résument leur notoriété à une Cadillac et des chambres d’hôtels luxueuses, mais accepteront-ils de tout perdre ? Réussiront-ils à nager avec les fauves où se feront-ils plier comme tant d’autres avant eux ? La tragédie des Black Lips débute. Acte 1 : le succès.

rock à la casbah # 56 – Free podcast

Freak is the Artist – Black Lips by casbahradio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.