Si vous faites un tour en Scandinavie, ne vous attendez pas à ne tomber que sur de belles blondes, des thermomètres figés en dessous de - 20° et des cartes postales de Fjords que vous n'aurez pas le temps de visiter. Des surprises risquent effectivement de ruiner votre beau voyage. Message à l'intention de la haine qui grandit en vous : il s'y joue un rock qui frappe dans les valseuses, ne faites pas trop les malins.

Tout a commencé lorsque les Gluecifer, Hellacopters, Turbonegro et autres Backyard Babies ont décidé de nous montrer que, merde, il n’y avait pas que le black métal dans la plaine. The Hives ont aussi débarqué, relançant la machine à touristes du pur rock garage. Des bus entiers de vestes en jean et bras tatoués foncèrent alors pour comprendre ce qui se passait dans cette région du monde où le froid était censé anéantir toute révolte. L’Europe découvrit Bad Afro Records, un label fabuleux au leitmotiv guerrier : « Pushin Scandinavian rock to the man ! » C’était donc ça, les 90’s. Une scène débordante qui avait trouvé son représentant commercial.  Depuis que les compteurs ont été remis à zéro avec les années 2000, on admet aussi la diversité de la scène. La meilleure preuve en est Baby Woodrose, formation garage psyché shootée aux Byrds et 13th Floor Elevators, qui sort aujourd’hui son 6ème album « Third Eye Surgery », où la power-pop brûlante des gonzesses de Mensen. Nous soulignerons l’importance de Baby Woodrose, vu l’implication éléphantesque de Lorenzo Woodrose en tant que producteur de la scène dont nous parlons. Pour les modalités, te rase pas la barbe, on a rendez-vous chez les Vikings.

Rock à la casbah #42 – free podcast

 Emission 358 – permafrost rock by Turkey joe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.