N’importe quel passionné sensible à la musique s’est un jour laissé aller à la tentation du groupe amateur.  L’expérience laisse souvent des traces. Soit des amis qu’on n’arrive plus à revoir faute de temps, soit des photos, des vidéos d’un temps révolu animant les soirées et ravivant la flamme de l’estime de soi. Ah oui, puis des disques aussi parfois, pour les meilleurs d’entre nous. Chapeau les gars.

L’erreur serait de ne jamais se lancer dans ces répétitions bordéliques, ces acouphènes et cette sueur qui perle sur le front. A lire les débuts d’Iggy ou de Mick Collins dans l’arène sauvage du rock amateur, n’importe qui expérimentant un ennui aussi noir et psychotique que ce que vous promettait le Detroit des 70’s et des 80’s, serait capable de donner naissance au nouveau Stooges ou au nouveau Gories. Restons dubitatifs, j’ai déjà essayé ça ne marche pas. En bref, nos idoles ont un jour été des perdus se lâchant corps et âme dans un jeune projet souvent oublié, mais qui dessina les prémisses des groupes qui révolutionnèrent l’histoire. Découvrons ainsi les débuts Jack White, Dan Auerbach, Nick Cave (AVANT the Birthday Party), Joe Strummer et autres Mark Sultan et King Khan. Les débuts sont souvent punk ou d’un blues très sauvage et spontané. Ils sont parfois aussi étonnamment annonciateurs de la suite.  En ces projets résonne la soif de rester sur scène, de vivre d’une guitare et de rendre hommage aux générations qui ont enfoncé la porte d’un monde musical extraordinaire. La surprise, c’est que ces groupes méritent vraiment une écoute et seront bientôt ou déjà dans notre discothèque, nous qui avons un jour essayé de nous exprimer, armés d’instruments et de voix maladroites. Alors on collectionne, on archive, on écoute, d’une manière souvent paranoïaque, comme si tout ça allait s’arrêter demain. La production artistique de la semaine, elle, n’est pas non plus toute fraiche. Mais rien ne sent le renfermé dans cet album de 2004, Too Much Guitar des Reigning Sound. Sorti sur le label In The Red Records, Too Much Guitar est un album fortement fourni en testostérone alimenté de mélodies d’une finesse clitoridienne. You’ve been warned, les meilleurs groupes d’avant se savourent encore maintenant.

Emission 327 – my first band is cool by rockalacasbah

2 commentaires

  1. cette émission nous ayant beaucoup amusé, il y aura surement une part 2 à la rentrée, alors n’hésitez pas à nous faire part des premiers groupes de nos idoles qui valent une écoute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.