Cash, sur la table, sans finasserie ni double fond. Le deuxième album de Retribution Gospel Choir vient d'une autre époque, comme s'il n'y avait jamais eu de post-moderne, ni de mode

Cash, sur la table, sans finasserie ni double fond. Le deuxième album de Retribution Gospel Choir vient d’une autre époque, comme s’il n’y avait jamais eu de post-moderne, ni de moderne d’ailleurs.

Dès le premier morceau, le contrat est clair. D’énormes guitares heavy, des solos psyche dynamitent la production et les morceaux s’écroulent comme ces barres d’immeubles que l’on abat après usage. Les habitants seront-ils relogés ? Quelques rares abris pop sont prévus à cet effet, comme le parfait Workin’ hard. S’agirait de ne pas pavoiser pour autant car un titre plus loin c’est de nouveau l’orage électrique et les guitares tombent dru. Retribution Gospel Choir tend la joue droite, la gauche puis donne un coup de boule, ainsi va la morale maison de ce deuxième album, plus sombre, plus lourd, plus lent que leur fantastique premier essai.

Qu’y gagne-t-on dans ce passage à tabac ? Un décrassage unique, un coup de pied au cul sans doute pas volé. Faut plaider coupable d’entrée pour s’administrer ce genre de Joy Division interprété au ralenti par le Crazy Horse. Bref, c’est tout de même bon d’entendre gronder ce groupe.

Mais on y perd aussi. Sur le premier album, Retribution gospel choir poussait la formule du trio jusqu’à l’épuisement, le moindre contretemps créant l’événement. Un disque à l’estomac, sans doute écrit en vitesse avec des morceaux bâtis sur un riff et… et on verra bien. En comparaison, ce nouvel album prend parfois la pose. Et comme ces gens ne font pas de mystère, tout est dit dès le premier titre : production phénoménale, section rythmique qui fait crier grâce mais aussi mélodie un rien «rock héroïque », convenue qui se répète sur plusieurs titres. Forcément ce n’est pas l’extase, pas totalement. Mais les guitares reviennent. Vlan dans la gueule, un autre pour la route dans le bide. On est maltraité, un peu déçu par l’ensemble, pas mal déprimé par les derniers titres. Mais le pire c’est que l’on en redemande. Après l’écoute de ce disque un cran en dessous, une seule envie: voir « ça » sur scène le plus vite possible.

Retribution Gospel Choir // 2 // PIAS
(Sortie le 26 janvier)


 

http://www.myspace.com/retributiongospelchoir

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.