La dernière fois… La dernière fois que nous avions des nouvelles de Raël, ça devait être dans les environs de 2002, assez sommairement, chez le magazine néanmoins ami Chronicart qui passait en revue les travers et les éclats du « Maitreya » (son rang suprême chez les raëliens) au fil d’une longue interview.
gonzai couverture 15De mémoire – et puisque les temps ont bien changé depuis – il restait quelques questions à poser. Seulement voilà : l’homme n’était pas facile à avoir. Déjà, Claude Vorilhon (son vrai nom) vit au Japon. Ensuite, à force de reportages infiltrés – souvent pin-pon, toujours mauvais – il était normal que les Raëliens en aient marre de passer dans les gazettes pour un gang de maboules impies. Et pourtant.

Pourtant notre journaliste a réussi au bout de plusieurs mois à interviewer l’homme derrière le « clone ». Elle est également parti à la rencontre des Raëliens et a pu témoigné de toutes les actions du mouvement, aujourd’hui, à travers le monde. Dans son enquête, parue vendredi dernier dans Gonzaï n°15 en kiosque, vous pourrez découvrir :
 
        Le minimum de cotisations raëliennes
        Les cliniques de l’amour en Afrique
        Le Paradisme (et comment sauver l’humanité et régler en quelques minutes le problème de Fukushima)
        Arnaud Fleurent-Didier, Michel Houellebecq et Dieudonné chez les Raëliens
        Ce que le Ministère de l’Intérieur statue à propos de cette « secte »
        Est-ce que Raël aime le rap ?

À cette dernière question la réponse est non. Il trouve ça trop grossier, comme beaucoup d’arts contemporains. Et ça n’est pas un peu réactionnaire ça Claude, de refuser le contemporain ? Réponse du Maitreya : « Quand on est réactionnaire à une dégradation, on est révolutionnaire ».
 
Alors, prêts pour la Raëlvolution ?
RDV dans Gonzaï n°15.
En vente partout pour 6,66€ et ici.
OK rael-ambassade-portugal
  •  
  •  
  •  
  •  

8 commentaires

  1. Coucou les lapins, merci pour l’interactivité et le retour client. Un simple truc : je vous trouve un peu duraille, la cover story Rael c’est 18 pages sur 100 et le reste du sommaire est certainement l’un des plus compacts qu’on n’ait jamais pondu; l’un des plus musicales aussi. Je vous dis tout cela par malhonnêteté évidemment, dans le secret espoir de vous faire changer d’avis car comme vous le savez, nous ne faisons tout cela que pour gagner un max et pognon et viser l’ISF vers 2020. Je vous embrasse.

  2. 18 pages sur Rael (on compte la couv’ ?), c’est 18 de trop, le lapin est trop gros pour le chapeau. Voir Pareto et le 80/20, dommage pour le reste du sommaire 🙁

  3. Intéressant ce choix, messieurs les commentateurs, de ne pas mentionner un papier de fond (en comble) sur les monstrueux DAF, et la perspective de vivre un moment de la vie de Nicolas Ker. Comme quoi les couvertures, comme dirait Robial, ne sont faites que pour émerger au milieu d’autres plus merdiques…

  4. Pas facile d’apporter des idées nouvelles ^^ Mieux vaut ne rien dire pour ne pas être critiqué ? Mais si on ne dit jamais rien, comment nous sortir de notre moyen age intellectuel actuel ?
    Parce que tant que l’on ne vivra pas dans un paradis sur terre, en vivant tous de manière équilibrée AVEC nos différences, ne nous leurrons pas, c’est que nous somme une humanité d’abrutis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.