A l’inverse de certains leaders du rock allemand déterrés de leur vivant pour le meilleur et pour le pire, les Dieux du retour de hype n’ont jamais frappé la tombe de Popol Vuh, soucoupe volante qui planera sur le pays de Merkel de 70 à 99. Plutôt que de proposer un replay, Soul Jazz prend la contre-allée avec ‘’Kailash’’, monacale compilation des meilleurs morceaux du leader Florian Fricke, décédé en 2001. Entre piano et épure, une odyssée plus près de toi seigneur.

Que dire de Popol Vuh qui n’est jamais été écrit ailleurs, si ce n’est que le groupe formé par Fricke – qui porte mal son nom – n’a jamais connu le retentissant succès d’autres groupes, même époque, même pays ? A l’inverse de Faust à qui le revival du krautrock donne l’occasion une fois sur deux de verser dans le happening de galerie inécoutable, ou encore d’Amon Düül II, capable comme récemment d’apparaître sur scène déguisés en militant altermondialistes bariolés, Popol Vuh c’est tout de même un peu plus que du zigwigwi métronomique maquillé par un discours contestataire de la bande à Bader. Peut-être est-ce parce que le groupe tire son nom d’un texte mythologique maya du 16ième siècle, mais l’aspect communautaire et ethnique sera pendant les 30 ans de l’existence du groupe une constante. Le genre de ligne directrice nettement moins porteuse les stocks options ou l’overdose à 27 ans.

« Kailash », la compilation proposée par Soul Jazz, se permet ainsi un pas de côté là où d’autres seraient tombés les deux pieds dedans. Loin d’être des squelettes de chansons restées au fond du placard, le disque propose 18 morceaux composés entre 1972 et 1989 par Florian Fricke, pianiste de formation, dans des versions épurées jusqu’à l’os et ne tenant toutes que sur le fil d’une mélodie. Là encore, et contrairement à l’adage qui veut que vieillesse et sobriété aillent rarement de paire, « Kailash » s’impose comme un étrange objet de prières célestes où l’on croisera en vrac l’ombre d’Erik Satie, Thomas Newman (le célèbre compositeur de Soundtracks parmi lesquels celle d’American Beauty, samplée à l’infini par M6 depuis 10 ans) et aussi les premiers essais ambiant de Brian Eno avec Jon Hassell comme les ambiances gazeuses de Badalamenti sur Twin Peaks. Gymnopédies teutonnes, spleen romantique en Bavière sur fond de claquettes en Birkenstock, ce n’est précisément pas du krautrock ni du musichall destiné aux abonnés Virgin Mobile, mais c’est revanche suffisant pour applaudir d’une seule main, l’autre étant trop occupée à se vider les sinus. C’est beau à tomber, c’est parfois tombé du camion car inédit et « Kailash » invite en filigrane à redécouvrir la discrète discographie de Popol. Vuh, certainement, mais pas à la télé.

Florian Fricke from Popol Vuh // Kailash // Compilation Soul Jazz
http://www.souljazzrecords.co.uk/releases/?id=41244

174881

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.