Deux Supergrass, un Nigel Godrich et des covers de titres connus : encore un super groupe super chiant. Ca tombe bien, à Gonzaï on vient de lancer la rubrique Plus jamais ça !

Deux Supergrass, un Nigel Godrich et des covers de titres connus : encore un super groupe super chiant. Ca tombe bien, à Gonzaï on vient de lancer la rubrique Plus jamais ça ! John Luby règle donc en vitesse son compte à ce Turns On qui ne devrait pas tourner longtemps sur les platines. Execution !

Bon, on mate la pochette: le mec à gauche prend la pause McCartney et celui de droite celle lippue de Jagger. Crac : on ! Le Velvet de l’insupportable déboule, on se désape: Can’t Stand It. On choppe le Crystal Ship, presque nu. On se convainc vite et on mate les Damaged Goods enmêlés profond ; ça glisse : Love is the Drug. Vélo (bike), Pump it Up . On devient rapidos des Lovecats. On se traite de tous les noms : Queen Bitch. Là, c’est plus EMI, c’est Emma. Mais on s’en fout car, rivés au plafond, on est carrément Up the Junction. On a vachement Fighté pour notre droit à la partouze. Et autrement plus lubrique que Gaz et Dan, les deux Supergrass en goguette qui se la jouent jukebox de luxe sur la pochette.

Si vous ne me croyez pas, essayez aussi avec Arnaud Fleurent-Didier et France-Culture...  Beat the Devil’s Tatoo !

http://www.myspace.com/thehotrats

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.