Dans l’histoire de la musique, le saxophone est aussi proche du mauvais goût que l’anus l’est du sphincter. On aurait donc vite fait de considérer que tout ce qui peut sortir de cet instrument à vent fait le même bruit qu’une flatulence à la Careless Whisper de George Michael. Sans que cette assertion soit complètement fausse, il existe heureusement quelques exceptions à même de rythmer votre été sans avoir à passer pour un musicien de rue. La preuve par 20.

Le saviez-tu ? Le saxophone est l’invention d’Adolphe Sax, un Belge originaire de Dinant et surtout coupable d’être l’Oppenheimer de la musique, l’homme responsable malgré lui d’un courant qui allait traverser les années 80 comme une déflagration radioactive : le sax FM, un genre dont on n’a toujours pas bien compris les enjeux ni les contours, mais dont l’objectif était – on suppose – d’accompagner une décennie sous cocaïne romantique, avec cette idée qu’un tube populaire devait impérativement comporter une ligne de saxo quelque part sur la partition pour épater la ménagère – celle-ci sera d’ailleurs la victime collatérale de cette guerre du coin-coin, puisque utilisée à outrance par des mâles à petits pipeaux sur des pochettes que les lois anti Harvey Weinstein interdiraient à juste titre aujourd’hui, voir plus bas.

Bien sûr, l’instrument existait bien avant Miami Vice et Billy Joel. On ne va pas vous retapisser la caboche avec tout John Coltrane et Charlie Parker. Mais il n’empêche; c’est sur l’intervalle 70-80, des Stones aux Stooges en passant par Gainsbourg, que le saxophone hurla au climax, comme le prouve la playlist qui suit, sans vraie logique entre chacun de ces morceaux qui devrait théoriquement être capable de vous transformer en Tom Cruise de seconde zone sur tous les campings.

Règle du jeu pour la sélection : n’ont été sélectionnés que des titres où le saxophone assure soit le gimmick (comment éviter le monument du genre, Baker Street de Gerry Rafferty ?) soit un motif plus long que celui du She works hard for the money de Donna Summer, et Your Latest Trick de Dire Straits a été validé en comité de pilotage pour sa capacité à générer du débat dans les commentaires, en dépit du fait qu’il puisse éradiquer toute une population dès son introduction.

Que cela ne vous empêche pas de saxophoner sec tout l’été, en attendant une future playlist consacrée à l’importance non négligeable du tuba dans la pop.

The Martyn Ford Orchestra – Smoovin' (1976, Vinyl) - Discogs

saxophone album cover (46)

saxophone album cover (40)

saxophone album cover (59)

saxophone album cover (3)

saxophone album cover (48)

4 commentaires

  1. Sinon j’ai une playlist avec de l’harmonica sans Ennio Morricono
    quand je pense que je me suis fait snobé avec Flash and the pan, sans broncher les cheums te place un mois plus tard Baker street oups…

  2. Quoi! Et comment ça, pas une seule chanson de Supertramp dans cette playlist ? 😁

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

partages