Annoncé comme un voyage poétique et militant retraçant le déclin du monde occidental à l’agonie, le premier album du groupe composé de Frédéric D. Oberland et Stéphane Pigneul (membres de FareWell Poetry et du Réveil des Tropiques) n’avaient sur le papier aucune raison d’être plus séduisant qu’un tableau de bord de mer acheté chez Ikéa. L’album à découvrir ici en exclu laisse pourtant apparaître de beaux contrejours, de tonnerre.

Oiseaux-Tempête COVER HDPrécédé d’un silence de plomb, la naissance d’Oiseaux-Tempête a de quoi déstabiliser. Contrecarrant toutes les prévisions qui tendraient à faire du projet un chantier tue l’amour érigé sur les cendres du post-rock, le premier album éponyme à paraître le 13 novembre chez Sub Rosa rebat les cartes, interpelle, force l’auditeur à reconsidérer la notion du beau, comme si le Paris Texas de Ry Cooder avait subitement été délocalisé à la pointe du Finistère et que les gentils folkeux d’hier s’étaient découvert une âme de cowboys munis de cirés marins. Finalement plus free que post, le rock d’Oiseaux-Tempête sent bon l’embrun, le gout du sable croquant sur le palais et le propos de départ de l’album – mettre en musique le chaos ambiant, de la crise Grecque à la chute de l’empire européen – se dilue lentement dans un grand tout harmonique et instrumental où, finalement, les mots n’ont plus leur place. Engageant, plus que véritablement engagé. Plus noir que désir.

En musique, et qui plus est dans ce langage souvent pauvre utilisé par la pop, le plus difficile reste souvent de savoir émouvoir sans forcément dire, toucher sans forcément bousculer. Face à ce périlleux exercice, une génération complète issue de rockeurs ténébreux s’est ainsi brulée les ailes à tenter d’empiler les couches d’atmosphères gazeuses pour condenser tension, malaise et angoisse dans d’interminables montées instrumentales qui passé quinze minutes procuraient le même effet qu’une pendaison ratée. Le grand art d’Oiseaux-Tempête, ou plutôt sa grande victoire, est de suggérer plus que surligner, de laisser la liberté à l’auditeur de relier les pointillés. Comme dans la tempête, tous les éléments se mélangent. On croisera ici des travellings à la Michael Mann, des ambiances qui rappellent le bel ouvrage instrumental de Limousine, des sonorités qui rappellent que le groupe américain Apse n’a jamais connu son heure de gloire et que si le pire est toujours à venir, il permet également d’accoucher de beaux ouragans.

Les onze titres qui suivent étant par définition indescriptibles, ne reste plus qu’à préciser que Kyrie eleison signifie « Seigneur, prends pitié » et que c’est l’un des plus morceaux du disque. Fermement conseillé à tous ceux qui ont le mal de l’amer.

Oiseaux-Tempête // Oiseaux-Tempête //  Sortie le 13 novembre chez Sub Rosa
En concert à la Flèche d’Or le 10 novembre

Lien précommande : http://www.subrosa.net/en/catalogue/soundworks/oiseaux-tempete.html

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.