« Je crois aux forces de l’esprit, et je ne vous quitterai pas ». La phrase définitive est de François Mitterrand, mais elle aurait tout aussi bien pu être prononcée par Robert Wyatt réincarné dans le corps du chanteur de NOUR. Le nouvel album « Vain Bleak And Iconic » vient d’ailleurs nous rappeler que le batteur de Soft Machine n’est pas mort. Et que l’album dont il est ici question est un long format comme on n’en fait plus.

Il y des trios invisibles. Des groupes qu’on ne voit pas. Qui vivent à Tours, loin du bruit. Et qui, sans rien dire, parviennent à vous surprendre. Qui citent tour à tour (sic) Wyatt, Ligeti et Daniel Johnston, sans qu’on ne trouve rien à redire ni à cette association, ni au lien de parenté qui unit ces Français à leurs mentors.

Le disque qui sort ces jours-ci, « Vain Bleak And Iconic », est un bon résumé des belles heures de l’indie-pop de la fin des années 90. Nostalgie mise à part, toute madeleine de Proust de fin de trentaine noyée au fond du café, NOUR vient rappeler qu’il fut un temps où les groupes de rock savaient :

1. jouer des instruments en même temps,
2. balancer une section rythmique digne de ce nom,
3. disposer d’un chanteur ne faisant pas le bruit d’un canard passé sous un tractopelle.

Si « Vain Bleak And Iconic » s’avère massif, c’est bien parce qu’il est compact. Difficile d’en extraire un single – difficile même de parler de « single » en 2019, dur de dissocier un titre des autres tant le format album semble parfaitement correspondre à ce groupe davantage taillé pour les marathons que pour les sprints. S’agit-il d’un disque « trans-générationnel » ? Attention, gros mot. Oui, mais n’empêche. Il y a dans cet album-surprise autant de Wyatt que de Talk Talk ou de Radiohead ; soit une certaine vision de la pop anglaise expérimentale, pour peu que cette association de mots signifie encore quelque chose. Il en résulte un disque qui coule comme le miel et avec, on serait tenté de dire, une certaine force tranquille. On vous laisse avec cette vision de Robert Wyatt votant pour François Mitterrand dans un isoloir tourangeau, puis user l’un de ces rares disques de 2019 qui fasse l’effet d’un grand soleil.

NOUR // Vain Bleak And Iconic // Sortie le 26 avril chez Kythibong
https://kythibong.bandcamp.com/album/vain-bleak-and-iconic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares