Riff veineux, look de pompistes biberonnés au gasoil, chansons riches en fer satanique et participation à l’édition 2014 du HellFest… Mars Red Sky est un groupe comme il n’en existe pas dix en France. Alors que le trio clôture actuellement une tournée marathonienne – dont une date avec Gonzaï au Confort Moderne ce mercredi, j’ai demandé à ces héritiers de Black Sabbath accouplés de force avec Black Mountain comment c’était la vie sur la route, et pourquoi leur heavy doom foutait la grosse branlée à 99,99% des rockeurs français qui se font vomir aux chiottes pour rentrer dans des jeans Kooples taille fillette.

« Le Rock stoner, c’est un revival du rock des seventies, dénué de son côté virtuose pour privilégier le côté « riff lourd » ou même aérien si tu veux ! Quoi, tu trouves que riff aérien ça fait trop chronique de Rock & Folk ? En tout cas quand t’empoigne ton arbalète à 6 cordes pour envoyer le riff de Black Dog de Led Zep, c’est sûr que t’es plus jambes écartées en train de gonfler les joues qu’assis sur un siège en regardant tes pompes ! N’empêche que si tu prends l’intro de Fruit Tree de Nick Drake par exemple, ou certains morceaux de Neil Young comme Like A Hurricane, ce sont bien des riffs ! C’est une piste à creuser tiens…

Un riff par définition, c’est plombé, dur, costaud et joufflu.

On peut te citer le Whole lotta love de Led Zeppelin, An Other one bites the dust de Queen, le TNT d’AC/DC… bon ça change tous les jours. Ce qui est sûr c’est qu’un concert de Mars Red Sky c’est beaucoup de bas, des beaux solos de guitare avec de la whawha, des mélodies d’oiseaux, de la vidéo et trois copains contents d’être là.
Depuis les débuts, l’univers du groupe est axé autour du voyage, et comme tu le dis c’est sur la route que tout se passe. C’est là qu’on concrétise nos projets et que d’autres arrivent de manière plus ou moins… attendue et contrôlée. Le pire truc qui nous soit arrivé récemment est certainement aussi le meilleur truc qui nous soit jamais arrivé : on devait enregistrer « Stranded in Arcadia » [le formidable deuxième LP au son rouillé paru en octobre dernier, NDR] aux USA, mais pas de bol on s’est fait interdire la montée dans l’avion depuis Belo Horizonte au Brésil. Du coup, ça nous a « forcé » à enregistrer le disque au Brésil en quelques jours, et c’est grâce à notre tourneur brésilien que nous sommes tombé sur Gabriel Zander qui a enregistré le disque. Il nous avait vu a Rio la semaine avant d’enregistrer, et pour faire court et simple, on a eu beaucoup de chance dans notre malheur.

Mars Red Sky - Stranded In Arcadia artwork HD

A l’inverse, la pire galère du groupe en tournée, c’était en pleine nuit sur une date en Ukraine dans un petit bled paumé. Il a fallu descendre du van pour enlever une pierre de 200 kilos au milieu de la route, le lendemain une grosse partie du groupe a dormi dans l’appart d’une toxico-nymphomane qui pétait un plombs. Certains ont cru qu’ils allaient mourir cette nuit là. Moi [c’est Jimmy le bassiste qui parle, NDR] je m’étais « sacrifié » et je dormais dans le van, mais quand j’ai vue la tête des copains le lendemain, je ne regrettais pas d’avoir eu froid toute la nuit ! Un souvenir plutôt extrême….

Le stoner rock, en fait c’est proche du mouvement hippie !

Le terme « stoner », pour définir Mars Red Sky, c’est trop vague, ou au contraire trop restrictif pour pouvoir estampiller des groupes comme nous. Actuellement on assiste plutôt à un retour du psychédélique, du heavy rock, en Europe avec des groupes comme Glowsun, Samsara Blues Experiment ou Kadavar ; et même en France où depuis 4 ou 5 ans de jeunes groupes émergent, comme Datcha Mandala, Libido Fuzz de Bordeaux, The Socks de Lyon, Brain Pyramid de Rennes et on pourrait en citer encore une demi douzaine… Ce mouvement pour nous, ça rassemble surtout des gens qu’on rencontre sur la route, que ce soit des organisateurs, des fans, des groupes, des journalistes avec qui on reste en contact et qu’on croise régulièrement. Sonner « stoner », ça veut dire proposer un truc planant, lent, lourd, et c’est aussi quelque chose qui a à voir avec la non violence, c’est proche du mouvement hippie en fait ! En tout cas pour nous, ça rassemble des gens qu’on rencontre sur la route que ce soit des organisateurs, des fans, des groupes, des journalistes avec qui on reste en contact et qu’on croise régulièrement. Plus qu’un style musical, c’est surtout un état d’esprit. »

Mars Red Sky // Stranded in Arcadia // Listenable
http://www.marsredsky.net/

Actuellement en tournée : Le 10 décembre au Confort Moderne (Poitiers, soirée Gonzaï), le 11 décembre au Point Ephémère (Paris), le 12 décembre à La Laiterie (Strasbourg), le 13 décembre au Marché Gare (Lyon) et le 18 décembre au Krakatoa (Bordeaux)

MRS_YONL_LEBON_1000

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.