Lors d’un concert à Glasgow samedi 24 juin, le leader des Stone Roses Ian Brown aurait prononcé cette phrase : « Ne soyez pas tristes que ça se termine, soyez heureux que nous ayons existé ». A l'heure où l'on écrit ces lignes, aucun fan ne s'est encore suicidé.

On ne sait pas vraiment quoi en penser. Les Stone Roses avait déjà fait chemin à part en 1996, lors de leur première séparation après deux albums (« Stone Roses » en 1989 et le beaucoup moins bien « Second Coming » en 1994). En 2011, le groupe annonce sa reformation pour une poignée de concerts à Manchester. Depuis, la bande a fait des tournées, joué en Amérique et s’était même remis à composer ensemble, avec deux nouveaux titres parus en 2016 : All For One et Beautiful Thing.

Là, on se dit qu’un nouvel album est sur le point d’arriver. Forcément. Ian Brown fait le beau, dit à tout le monde que les nouvelles chansons sont « glorrrrieuses » et puis samedi dernier, devant une foule chauffée à blanc, c’est le drame : Ian lâche cette sentence, sans en dire plus. Coup de bluff ou deuxième séparation, onze ans après la première ? « On tiendra aussi longtemps qu’on pourra », avait déclaré Brown en 2011. Six ans, c’est déjà pas mal.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.