Tout le monde se souvient de la citation de 2017, quand le George Harrison de la politique déclarait, voix tremblante : “je ne céderai pas, je ne me retirerai pas”. Deux ans plus tard, les faits lui donnent raison. Sous la main de Dombrance, le voici qui revient pour 3 minutes et 36 secondes de discotronique débile avec, pour seul mantra, un “C’est François Fillon” qui aurait pu être écrit par sa femme.

Le titre s’inscrit dans la filiation des trois précédents, respectivement consacrés à Raffarin, Taubira et Valéry Giscard d’Estaing; et tous devraient être réunis sur un album à paraitre en 2020 – paradoxalement une année sans élection présidentielle. A propos de son track elyséen, Dombrance a préparé une déclaration très officielle : « J’ai pu exprimer pleins de choses différentes selon les politiciens que j’ai fait. Pour Fillon ça reste de la farce basique, l’idée étant surtout de faire danser les gens tout en s’amusant ». Pari gagné, contrairement à celui de l’homme aux sourcils broussailleux.

Dombrance sera en concert à la Maroquinerie le 22 novembre (Gonzaï Night) avec Rubin Steiner, Ambeyance et Météo Mirage.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares