Un rébus pop pour l'été, c'est le thème de son nouveau clip, ‘’Poisson volant’’. Et c’est beau comme du Bashung qui chanterait du Véronique Sanson après avoir chopé la crève à force de rouler la fenêtre ouverte.

L’été, la nuée de pulls sur les épaules, la chaleur tiède du dérèglement climatique qui permet de relativiser la bâche que tu viens de te prendre avec la nana, là, sur le port de Saint-Malo, l’insouciance d’un instant au Monoprix du coin en écoutant Foule Sentimentale de Souchon pendant que tu attends à la caisse. Le premier EP d’Adrien Soleiman, c’est un peu tout ça à la fois, avec une certaine habileté dans le timbre de voix qui donnent aux mots du quotidien un parfum de nostalgie. Il pourrait presque raconter que les Pepito étaient meilleurs en 1984 qu’on y croirait, presque. Dans ce cruising de bord de plage entre Jimmy Hunt, Metronomy et Daniel Balavoine, il y a la farniente, la décontraction des muscles ischio-jambiers et un plaisir coupable évident qui prend ici la forme, appelons un chat un chat, de petit tube de l’été. Impossible de savoir si Adrien, à force de tirer sur sa corde vocale, se tirera une balle dans la gorge. La pochette de son premier EP est un premier indice pour les amateurs de variété chantée par Marc Lavoine : la balle est dans ton camp.

Adrien Soleiman // EP Rue des étoiles
https://www.facebook.com/adriensoleiman

adrienSoleiman_coverEP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.