Un nom pourri, une pochette kitsch, des physiques de radio. Avec ce CV idéal, un duo de Liverpool sort un premier album. Essai transformé en bijou pop.

Démonter un disque en quatre sera toujours plus facile et moins risqué que de déclarer un amour passionnel à un album. Le ridicule guette, mais essayons quand même car « Invitation to Her’s » est peut-être le plus bel objet pop arrivé sur terre depuis… bien trop longtemps, c’est sûr. En tout cas celui qui m’a le plus retourné depuis le premier LP des Magic Numbers, voire « Building and grounds », chef-d’oeuvre de poche des Papas Fritas. Ou encore depuis le premier Hal, pour ceux qui s’en souviennent.

Les coupables de cette merveille? Stephen Fitzpatrick, anglais originaire de Barrow in Furness, et le norvégien Audun Laading. L’un ne ressemble à rien, l’autre à Teki Latex de TTC. Comme Sonny and Cher, répondront les plus vicieux. Peut-être, mais est-ce vraiment le sujet? La rencontre de Stephen et Audun a lieu à Liverpool en poursuivant leurs études, à moins que ce ne soit l’inverse. Sur la pochette de leur premier album, un superbe bouquet de fleurs, posé sur un épais rideau de velours vert très, très sombre. Voilà pour les présentations.

Et l’album, alors? Harvey débute, et emporte. Mélange de Julian Casablancas acoustique et de Mac DeMarco sous kétamine, il dresse un principe sans exception : Stephen et Audun ont tout des nouveaux Midas de la pop. Une impression confirmée par le tourbillonnant et sucré Mannie’s Smile. Inutile de gâcher la fête en divulguant une à une les 11 surprises d’un LP qui compte autant de bijoux, mais tout de même…La beauté de Carry the Doubt rappelle les plus belles heures des oubliés Trashcan Sinatras. Le pourtant facile If you know what’s right a deux Mac DeMarco minimum dans chaque accord. Blue Lips ressemble comme deux gouttes d’eau à un classique pop des 70’s. Choeurs spatiaux, lignes de basse onctueuses, voix légèrement bêlantes, piano,…Les arpèges dansant « Love on the Line (Call now) » rappelle les Smiths des débuts. She needs him ? Sensuel comme une fille croisée par hasard un samedi soir dans la ville et qu’on regarde s’éloigner le coeur meurtri. Low Beam ? Mon préféré uniquement parce que c’est celui qui inonde mon casque au moment où j’écris CE MOT. Under Wraps, morceau de clôture aux allures de palace, achève le travail avec délicatesse.

Avec cette production veloutée, entre indie et mainstream, Stephen et Audun redonnent envie de bouffer pop, de dormir pop, de respirer pop, de baiser pop. Classique instantané? Peu importe, l’essentiel restant bien de goûter cette merveilleuse pluie d’étoiles que je vous invite à partager avec moi.

Her’s // Invitation to Her’s // Heist or Hit (Modulor)
En concert le 13 octobre au Point Ephémère

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.