Après un large break, le Gonzaï Club sur Radio Campus Paris renfile les moufles et, une heure durant, saute du coq à l’âne, virevolte et glapit tout en évoquant ce qui a fait le succès de cette émission, depuis déjà quatre ans : de la soul ? Il y en a. Des français tordus s’agenouillant devant Louis Pauwels ? Ca existe, certains gravent même des disques comme le très obscur – mais intrigant – Guy Skornik. Fabuleux, mais dans une autre veine, Marie & les Garçons dont Gonzaï réédite le premier album en vinyle (janvier 2015).

Et puis, une nouvelle rubrique dans le Gonzaï Club : le crash test. Des disques pas encore chroniqués ni même entendus sont arbitrairement jugés en toute partialité. Un stop ou encore avec toute la mauvaise foi et le plaisir que cela procure. Une honte pour la profession !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares