J’avais négligé cet album, arrivé dans ma boîte aux lettres voici quelques semaines. Quelle erreur !

J’avais négligé cet album, arrivé dans ma boîte aux lettres voici quelques semaines. Quelle erreur ! Il aura fallu cet anniversaire du label Third Side, à La Maroquinerie, le mois dernier, pour que je rencontre le monsieur et tombe sous le charme.

Flairs. Un type doté d’autant d’humour ne pouvait enregistrer un mauvais disque. Je devais lui laisser une seconde chance.

Parce que je l’avoue, son Sweat Symphony, je l’avais un peu vite rangé sur la pile «nouveautés electro du mois »: Pas plus pressé que cela de l’écouter. Je me répète : quelle erreur ! Dès le lendemain de cette rencontre, je me cale entre les Cabasse et appuie sur la touche Play du CD player, le volume de l’ampli vers 8/9. Superlife me prend par surprise, je ne m’attendais pas à ça : de la pop mutante avec mélodie catchy et synthés « Caterpillar », ces bonnes grosses basses dégoulinantes dont on raffole… La plage 2, vous connaissez déjà, c’est Better Than Prince, avec ce clip qui s’est taillé son petit succès sur Youtube, réalisé par des gens très hype dont le nom m’échappe pour le moment (une soirée un peu difficile, hier, sorry…). Dès le troisième morceau, Re Balls, je me fais cette réflexion : ce Sweat Symphony (symphonie de la sueur !) est un grand album de rock’n’roll.

L’electro, quand il est bien joué (comme c’est le cas ici), n’est pas autre chose qu’une version mutante du rock’n’roll. L’excitation est la même. Une bonne programmation de synthé est aussi excitante qu’un bon riff de guitare. Mais Flairs n’est pas qu’un bon musicien : il sait aussi chanter. En Anglais. Et contrairement à beaucoup de ses collègues « grenouilles », il a vécu en Angleterre, ce qui lui permet de chanter dans la langue de Liam et Noël sans avoir à rougir.

Du reste, si j’étais ses « collègues grenouilles », je serais pas tranquille en ce moment. Car Flairs va nous amener à réévaluer beaucoup d’albums sortis au cours de ces, disons… 18 derniers mois. Quand un garçon comme lui arrive en ville, avec de vrais morceaux, de vraies idées, le reste de la production paraît d’un seul coup beaucoup plus plat. Flairs ravivera de vieux souvenirs chez les fans de 10CC, Air, Electric Light Orchestra, Beck, Orchestral Manœuvre in the Dark… Et maintenant : allez suer !

Flairs //  Sweat symphony // Third side Rec.

http://www.myspace.com/mightyflairs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.