La musique est une expérience. On acquiert à travers nos sens une connaissance que l’on recoupe avec nos sentiments précédents. Avec nos oreilles sur un disque; nos yeux et notre cage thoracique dans un live. A chaque concert, nous faisons une expérience, vérifiant l’hypothèse que le live sera au moins égal sinon supérieur à nos attentes. Dans le cas de Flavien Berger, notre connaissance est agréable et, pour suivre nos copain·ine·s, la tendance ou les deux, on va au concert. Et là, grande déception. L’expérience échoue. L’hypothèse n’est pas vérifiée. Pour rester scientifique, analysons les raisons de cette déception.

Voici les paramètres :

– l’artiste est signé sur un label qu’on respecte beaucoup pour ses sorties passées et futures
– il a composé plusieurs titres témoins de l’évolution de la pop et de l’électronique française ces dernières années
– son visage s’affiche dans tous les magazines sérieux
– ceux avec qui on parle musique ont au moins un vinyle de lui chez eux.

C’est tentant, et mérite qu’on s’y attarde. Même en résistant au babillage, on finit par s’y mettre et apprécier – au moins La Fête Noire et Vendredi. Les deux albums se tiennent bien, entre morceaux rythmés, balades synthétiques et errances électroniques réussies.
Certains parlent de « chef d’oeuvre » pour ses morceaux de plus de 6 minutes; il s’agit peut-être de machines qui ont tourné trop longtemps. Les faits, maintenant.

Ma connaissance du live de Flavien Berger se résume à deux concerts bien distants :

– une date en 2016 à Paris, où le musicien joue un “set spécial faisant écho à la musique répétitive et à l’influence de Steve Reich”, spécialement pour le Festival Marathon à la Gaîté Lyrique
– un concert en 2019 à Nantes, lors de sa tournée triomphale, après un deuxième album acclamé.

Cédric Villani peut attester de ma rigueur scientifique. Comme je l’ai écrit à l’époque – pardon de m’auto-citer, le premier concert était agaçant de complaisance parisienne et, loin d’être un “set spécial Steve Reich”, un passage en revue rapide de ses succès devant ses potes. Même Jacques était parvenu à élever un poil le niveau, écrasant toute la production de Flavien Berger sous un solo de guitare amateur, c’est dire.

Même s’il est sympathique, Flavien ne fait rien sur scène.

Trois ans plus tard, le soir de la Saint Valentin 2019, s’est présentée l’occasion de retourner le voir. On hésitait: c’est le grand événement pop du mois à Nantes, mais les places sont un peu chères, on connaît mal, on aimerait mieux découvrir, c’est dans longtemps, et hop, le concert est finalement complet. Et puis on a remporté un jeu concours. Allons-y, soyons surpris! La queue s’étend dehors sous les Nefs. La salle du Stereolux est immense et bondée, tous les trentenaires du coin sont là. Sur scène, comme à la Gaîté Lyrique, deux claviers et trois machines, trois micros. S’ajoutent quatre pieds couverts d’une sorte de drap – des robots pour la scéno. Et Flavien Berger, one-man band.

Et dès le premier morceau, on revient au même constat: même s’il est sympathique, Flavien ne fait rien sur scène. Quelques blagues – nulles mais on ne peut juger, beaucoup rient – et une sorte de karaoke de ses propres morceaux sur une bande-son enregistrée. Il exécute tout de même quelques séances de superposition de voix – sans le talent de Freddy Mercury – et d’improvisation au clavier – sans la célérité de Ray Manzarek. Le reste n’est que boucles, sur le beat binaire d’une boîte à rythme. Pendant que Flavien se balade chante sur le devant de la scène dans un micro sans fil. Par acquis de conscience, nous restons, pour enquêter. Flavien Berger serait-il à la musique ce que Macron est la politique? Une coquille vide, belle et attirante pour les jeunes dynamiques, mais bien creuse quand on entrevoit l’envers du décor?

Parlons donc de la voix, puisque c’est en ça que réside cette expérience de live. Passons le fait qu’il chante parfois faux, comme les Anglais, nous avons fini par nous y résoudre et même aimer – Libertines, Phoenix… Dans ses interviews, Flavien Berger parle beaucoup de la joie que lui procure l’improvisation sur ses textes. On le compare au Christophe des Mots Bleus, au Michel Berger du Paradis Blanc, pourtant à part une ressemblance sonore, rien ne démontre dans les paroles une semblable richesse linguistique. Ces deux savaient aussi jouer du piano debout, mais tout était joué en direct – sauf à la TV. Au même titre que les claviers et percussions de Flavien, ses paroles sont une texture des morceaux, et les mots une pommade, agréable pour les oreilles en disque mais passablement énervante en live, comme les déclinaisons autour d’une bouteille de jus de “Pamplemousse”. Ce qui serait OK si la posture n’était pas celle de l’Artiste dans toutes les interviews. Alors, certes, Flavien Berger a un don pour composer des lignes de basse entêtantes qui ramènent chacun à son premier para – on bouge les jambes et la tête. Mais entre ces vagues, même pas jouées sur scène – simplement lancées par un bouton, quel gâchis que ce live vide ! Remboursez nos invitations !

Une tournée avec une portée et donc un budget comme celle ci mériterait au moins des musiciens.

Alors, à qui la faute me direz-vous? Il semble que Flavien Berger soit décemment sincère, et un compositeur sincèrement décent, au bas mot. Nonchalant, un peu gauche, mais probablement honnête – quoi qu’on en doute avec l’ironie de Deadline. Il a un talent certain pour synthétiser les trouvailles d’une époque – les arpeggiators d’A reculons, le vocoder sur Castelmaure, la basse électronique de Maddy La Nuit ou 999999999. Le compositeur parvient même à les transcender, par l’appropriation de nos racines communes de la variété française et de la musique électronique. Génie ou escroc ?

Résultat de recherche d'images pour "flavien berger"Prenons d’autres artistes similaires – selon une plateforme de streaming – et comparons leur situation :

Grand Blanc couvre la relative simplicité de ses paroles et les bandes enregistrées par un jeu de scène lumineux fort et une puissance sonore certaines
– plus proche, dans l’écurie Pan European, Judah Warsky joue un live solo avec des bandes, mais beaucoup d’improvisations instrumentales, et assume une voix pas toujours juste par une présence charismatique
– dans sa première tournée, O utilisait une certaine folie, une virtuosité certaine et deux bons musiciens pour appuyer ce qu’il n’était pas possible de re-créer sur scène (joué par des bandes, donc)
– en terme de succès, ses semblables Feu! Chatterton délivrent un live soufflant et marquant, tout en nuances
– Polo & Pan utilisent des platines débranchées et un walkman branché sur la console – ah non, c’était Justice? – mauvais exemple.

Aucun d’eux cependant n’a la stature de “musicien génie” ni l’audience de Berger. Certes, il s’agit certainement d’un montage de la presse, mais Flavien Berger a réussi. Des musicien·ne·s se battent pour vivre de leur musique – certain·e·s font bien ou feraient bien de rester dans l’anonymat, ce n’est pas le débat. Qu’il le veuille ou non, Berger se doit d’en être reconnaissant et d’en faire quelque chose. D’aller plus loin dans son live, ou de renoncer officiellement à son statut et à citer Steve Reich. Une tournée avec une portée et donc un budget comme celle ci mériterait au moins des musiciens – un batteur, un claviériste, un bassiste, ou que sais-je, un DJ aux machines pour lancer les boucles – pour donner du corps aux bons morceaux et souligner les émotions du disque. Doit-on se résoudre à ce que Shaka Ponk pompe un groupe en direct à la TV sans vergogne? Doit-on se résoudre à ce que Flavien Berger fasse une tournée complaisante? Il fallait que quelqu’un parle, bien que je doive peser chacun de mes mots pour éviter une expéditive punitive des hordes de fans.

Résultat de recherche d'images pour "flavien berger"

Peut-être Flavien Berger fait-il simplement une tournée pour faire plaisir à son management / son public, et c’est très bien comme ça, tout le monde est content, rentrez chez vous y’a rien à voir.

Mais merde.

La musique est une industrie, certes, et elle doit vivre. Mais la musique est une expérience. Quand elle échoue, il faut changer un paramètre, la retenter pour, un jour, parvenir à une découverte majeure. Qu’en 2019, “Flavien Berger, la meilleure chose qui soit arrivée à la musique française depuis Christine and the Queens“, invité dans tous les festivals respectables, donne un live aussi pauvre, comme à la maison – en pantoufle comme dirait un autre moustachu à cheveux longs; soit c’est un choix et cela en dit beaucoup sur notre époque, soit c’est un défi aux autres artistes pour les pousser à faire mieux. Peut-être ne devrais-je m’offusquer et accepter comme tout le monde qu’en 2019, un mec qui chante maladroitement dans un micro avec une bande son sur un mac est la nouvelle norme. Comme disait un ami, si Flavien Berger veut être le Julien Doré des bobos underground, libre à lui.

Flavien, la balle est dans ton camp, je ne demande qu’à avoir tort.

35 commentaires

  1. c’est comme pas terrible le buvette le van Uffel, le records makers, les diggermodest, les shops qui ny comprennent + rien donc depasser comme citer le mac & sa bande de cons qui trémoussent car ils n’ont pas le choix, ou certes choix mais restreint, pas d’aventure, reste dans ta chappelle, bien moulé & cintre t’ecorche pas, & ‘brille’ en citant toutes t refs et t enregistrements sur ton web………..

  2. Un jour, un journaliste découvre que la musique electro est pas “terrible” en live et que les musiciens electro utilisent des boucles et des ordinateurs… Et que y’a pas de vraies batteries… Eddy de Pretto lance des morceaux avec son portable, les Sleaford Mods jouent avec un ordi et un mini jack et plein de groupes misent tout sur le décorum, la vidéo projection et les lights pour faire le show. Et voilà le critique faussement cinglant, qui tente, tant bien que mal, de pondre des articles qui attaque un type qui marche et rempli des salles. A l’époque, j’avais lu ce genre de (longs) commentaires sur Nirvana, ou sur Sonic Youth (en retrouvant les mots “escrocs”…) Comme si on t’obligeait à aller voir ces groupes. F. Berger, je l’ai vu en concert sous la pluie. C’était un peu nul. Mais ça ne m’étonne pas vraiment. Plutôt un rat de studio, comme bp de groupes français en ce moment. Pas très grave.

    1. C’est vrai. On pourrait s’en foutre. Ou trouver ça déjà bien comme ça. J’ai simplement l’illusion qu’il pourrait faire bien mieux avec sa musique, si justement elle est révolutionnaire comme sonic youth. Peut être devrais je accepter mon époque

      1. Juste accepté qu on a du recul sur Sonic Youth et que tu prends aucun risque a porter un tshirt floqué au nom du groupe en 2019.

        Attendons de voir en 2035 quel genre de tshirt tu pourras porter ..
        En attendant, hellvis a diablement raison.

  3. …51 abonne es donne leur avisses, on rêve! que de la manssuetude ou du cirque c bon le pute a clics ça marche donc tel est bien mieux que çà

  4. “Le cercle celeste dessiné par l’écrit
    Mes lunettes éffilochent le spectre des fontaines
    Les yeux collés au ciel, tous les visages brillent
    Le plus beaux des voyages c’est le fête foraine
    Le plus beaux des voyages c’est la fête foraine.
    Oh la fête fo La fête fo fo La fête fo fo”

    Le mec c’est fait arnaquer par sont dealer c’est pas possible …..

    1. Il dit ce qui lui passe par la tete …comme un peintre qui va faire tomber son saut et laisser le truc tel quel….c est mieux que Christine qui elle …fait expres de dire n importe quoi pr qu on ne la comprenne pas et se defendre en disant que les genie sont svt incompris.

    1. Pourquoi écrire ca ? A quoi ca te sert ? Ca te fait du bien?
      Tu n es pas un artiste, ce n est pas tres grave tu sais.
      Ecrire des commentaire aussi navrant et futile en dit long.
      Si lui fait de la merde, qu es tu capable de faire toi?? Un lien? quelque chose a mettre en avant ?? Profites en mon ami, j ai peu etre 250 000 abonnées pret a faire de toi la nouvelle sensation, ca te dit? allez chiche !
      On donne aussi des cours de stand up car la aussi t es pas bon …”L homme qui donne au crottes le pouvoir de sentir bon” …peut mieux faire comme punch line hein?

      1. “Tu n es pas un artiste, ce n est pas très grave tu sais”

        Mais t’es qui toi pauvre cruche avec tes arguments de bac à sable ?

        T’es 250 000 abonnés tout le monde s’en fout.

        Pas un mot sur l’article qui défonce ton protégé mais tu chouine sur le premier post négatif.

        Et pour ta gouverne “L’homme qui donne aux crottes le pouvoir de sentir bon…” c’est un alexandrin
        mais vu t’as syntaxe tu ne dois pas savoir compter jusqu’à 12.

        PS : Où-es- que t’as vu qu’un avis était objectif ?

        1. Vous sortez d’où les gens de la section commentaire Gonzai ?
          Vrai question, genre on dirait un ramassis de dépressifs à deux balles qui savent pas quoi foutre dleur Dimanche. Genre on s’en passerait bien, quand même

  5. c’est marrant je le dis depuis le début de sa carrière que flavien berger c’est de la merde en barre 78 carats et que c’est le musicien le plus surestimé de sa génération mais quand c’est moi qui le dis pour gonzai et consorts je suis un troll et un haters .TOUT NEST PLUS QUE HYPE BUZZ ET COPINAGE.flavien berger est un artiste en plastique il n’a absolument aucun talent aucun il ne dois son succès que grâce a son carnet d’adresse

    1. Dire que c est de la merde c est pas faire preuve de beaucoup d objectivité. Que tu troll a cracher ta frustration de n avoir aucun carnet d adresse soite, je peux comprendre mais le monde avancera quand meme sans toi.
      Dire qu il n aurait aucun talent na aucun sens. Continue a persévérer c est bien mais par pitié, arrete de vomir ta bile.
      Tu n es pas artiste, tu ne peux pas l etre. Et en plus ton coté je veux faire des blague en mode 78 carats met mal a l aise pour toi car ca dissimule mal la peine que tu as a exister.
      Ce mec a du talent, plus de talent que toi. Ne pas regarder ce que les autres font, se moquer des critiques, des postures, c est un talent.
      Toi tu te poses trop de question a vouloir faire “underground” .
      En faite, tu creves de jalousie et c est moche.
      Tu pretextes son carnet d adresse, ou l ultime argument a la con quand on est vexé par le talent d un autre.

      Les gens auront compris que tu es en peine. Car ouai, tu fais de la peine.
      En attendant, ce gars fait ce qu il aime et c est tant mieux.
      Ce n est pas lui qui crée les buzz et la hype, ce sont les crasseux sans talent qui jouent les rock star a la place des rock star ….les critiques musicales…….un truc qui va disparaitre de toute maniere ..

  6. N est pas James blake qui veut c est sur.
    En faite le plus gonflant dans cette histoire, ce n est pas les postures arty des artistes qui consisteraient a écrire des paroles qui veulent rien dire mais avec des mots cool pour qu’apres quelqu’un les intellectualisent et trouve ca genial, ce n est ni le carnets d adresse de maman monteuse, ni meme la capacité des artistes a sentir l air du temp et a surfer authentiquement dessus, ( de toute facon notre epoque est fausse, financiarisé, pourri, on est en transition et vivement qu on se casse de cette époque et meme le passé et merdique car eux vivaient dans une bulle ne voyant rien a ce qui aller se passer)
    Aujourdhui etre une rock star n interesse plus personne. Non le pb n est pas toutes les contorsions qu’un artiste doit faire pour ne pas tomber dans le piege a la con du calcul pour plaire et faire le grand écart entre les intégristes de la hype attendant le messie et les nostalgique des Strokes.
    Le probleme, ce sont ces critiques musicales ….Gonzai, personne ne vous lit vraiment et malgres vos tentatives de bons mots pour faire cool, vous suinté la caricature a la technikart buzzometre cynique facon 2008 en plus rock ….La ligue du LOL est passé par la. On en peut plus de vos frustrations, on attend pas le messie comme vous les non artistes, on fait sans se poser de question au lieu d analyser.
    Ca vous fait du bien , ca vous rassure de voir que ce gars n est si bon que ca. Stromae a commencé avec son laptop ” alors on dance” il y a presque 10 ans …Aujourdhui ca choque personne et Stromae est a l origine de cette vague rap variété qui squatte toutes les ondes depuis 5 ans.
    Don t worry pas les rocker, votre revival sera terrible mais arretez d enfoncer des portes ouvertes.
    Ce gars est dans son epoque. Au moins, on revient au francais …pas comme Phoenix etc …on recycle notre patrimoine pop avec ce qu on a sous la main.
    Alors oui ce coté naif forcé , dépolitisé, sans aspérité est chiant mais la faute a qui? C est notre époque qui est cynique , pas les artistes qui ne font que la refléter.

  7. Panche tu travaille dans un resto ou tu suce des bars de fers? car là tout the stiff staff attendait ta cretine de remarque tres facile, avec ton i_d ça sera assez facile Lundi de venir t’apporter des chocolats @ la merde de crapo

  8. vive la chanson populaire <3

    un chanteur n'a pas les mêmes responsabilités qu'un président, comparaison inepte

    prout sur les articles mal écrits!

    double prout sur ceux qui leur permettent d'être lus!!

    et triple prout sur les snobs!!!

    1. en fait on ne sait pas très bien qui est derrière ce “on” ce “nous” dès l’intro…? mais une chose est sûre il a l’air bien mieux que ces milliers d’idiots qui, eux, apprécient les lives de Berger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.