Cher Luke,

Cher Luke,

Félicitation pour ton entrée fracassante dans le monde de la hype saisonnière. Loterie trimestrielle dont vous êtes sorti grands vainqueurs toi et Nick, pour votre magistral album Walking on a dream.

Les troufions de la presse musicale internationale ne tarissent pas d’éloges à votre propos:  « esprit inventif barré », « deux Jedi semblant en quête de liberté et de spiritualité », « efficacité redoutable », « enivrant, frais, léger et par conséquent rare », « une véritable identité visuelle ». As-tu remarqué qu’ils nous avaient déjà servi la même soupe pour les Klaxons et MGMT? L’originalité est une vertu qui se perd de plus en plus dans le petit monde de la musique, tu connais le problème Luke.

Regardes toi. Avec ta parfaite panoplie de geek sortant d’un salon Cosplay de Montargis, y’a pas à dire tu en jettes. D’autant plus que la carte de « l’identité visuelle » n’est pas éculée. On nous joue le coup tous les ans, et tout les ans ça marche. T’as raison mon couillon fonce… par contre pour le second album va falloir chercher dur pour trouver plus ridicule, mais si j’en crois le NME tu es un garçon plein d’avenir.

J’ai écouté attentivement ,essayant de mettre de coté les spasmes gastriques subi à la vue de la pochette. Ta musique n’est pas « fraîche », pétrie de morceaux industriels pour bobo en manque de sensation…bienvenue chez Picard Luke. Magnifique résultat: dix morceaux qui se ressemblent quasi tous. Pourtant tu avais fait l’effort de mettre tout ce qui fonctionne dedans: une louche d’électro peu de gratte sèche que les ado pourront reprendre sur la plage, des instrus et du matos tout droit sortie des sixties, puis une rasade d’effets eighties pour se démarquer des MGMT. Mais il n’y a aucune âme Luke. Tu as oublié l’essentiel.  Walking on a dream, pour être totalement honnête n’est pas totalement mauvais. Deux tubes en puissance surnagent au loin, calibrés pour le Mouv‘ (Standing on the shore, We are the people). Puis un bon morceau vraiment marrant, Swordfish Hotkiss Night.

Le véritable problème Luke, c’est que tu penses être doué d’intelligence. « On fait de la musique positive qui vise à éduquer les gens, à leur donner de l’espoir. Je suis convaincu que les chansons peuvent guérir les gens, même si c’est loin d’être facile à faire. » Ta voix nasillarde peut éventuellement guérir mon otite. Pour le reste range mon ton baratin ésotérique. Tes promesses sur l’espoir et l’éducation sonnent aussi sincères que tes morceaux. Arrêtes donc. Tu sais aussi bien que moi que tu n’y crois pas une minute, que tout ça n’est un paquet de conneries prémachées  par la super production qui entoure ton concept album.

Le nom de ton groupe pourrait être une référence à Ballard, mais tu préfères vouer une « adoration au soleil » lorsque les chansons sont aussi pales que mon faciès au réveil. Regarde l’histoire Luke, on ne peut pas cumuler les postes de rock star et gourou sans passer pour un incroyable débile.

Sois gentil. Restes à ta place sur la galaxie des petites gloires, au milieu des constellations à la vie bien souvent éphémère.

Empire of the sun // Walking on a dream // EMI

http://www.myspace.com/empireofthesunsound

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.