La pudeur prend souvent des chemins détournés : se raconter des histoires semble parfois préférable au misérabilisme racoleur. Dans son premier album solo sous le nom CANT, Chris Taylor a voulu prêcher le faux pour enregistrer le vrai. Accompagné en studio par George Lewis Jr, il a pu en tirer une confession érudite mais limpide. Une honnêteté rodée à toutes épreuves, même (surtout) à celle de l’interview.

La sortie de « Dreams Come True » en septembre dernier n’a pas fait sourciller le hipster lambda ni provoqué un émoi comparable à l’annonce des autres sorties du label WARP. Hasard du calendrier ou hibernation médiatique généralisée, le projet solo du bassiste de Grizzly Bear est passé inaperçu. Le groupe étant en pause, l’Américain avait plutôt fait parler de lui en tant que big boss de Terrible Records, une maison jaune adossée à la colline d’une new wave ultra référencée, où sont entre autres signés Twin Shadow, Chairlift et Blood Orange. Son travail de producteur – notamment sur « In Ear Park de Department of Eagles », projet de Daniel Rossen, l’autre ursidé charismatique – avait été lui aussi remarqué. Pour son nouveau pseudonyme, il n’y a guère eu que Ghosts, une démo déjà prometteuse, pour délier les claviers.
« Dreams Come True » n’a pas donc pas été enregistré pour tuer le temps, la papatte coincée dans le pot de miel en attendant l’inspiration. C’est un album de producteur hyperactif, jouissif lors d’une écoute au casque mais s’annonçant casse-truffe en live. Au Nouveau Casino, Chris Taylor l’a pourtant joué très fine, en open bear.

Lorsque qu’il se présente devant moi, Chris a la tête ailleurs, pris entre une balance interminable et le retard de Dev Hines. L’interview sera décalée mais maintenue : la modestie du bonhomme est le trait de caractère le plus frappant du personnage. Son regard est parfois fuyant, et certains de ses sourires trahissent un léger malaise, mais le grand blond affiche une bonne volonté certaine, comme s’il recevait des invités s’étant ramenés à l’improviste.

Salut ! Nous avons rendez-vous pour une interview. Tu as l’air débordé, là…

Salut ! Oui je suis au courant, je viens tout juste de terminer les balances mais mon guitariste n’est toujours pas là, il a plus de trois heures de retard et nous savons que nous allons devoir recommencer tout ça avec lui. C’est un peu frustrant… Désolé si j’ai l’air absent…

Tu veux toujours la faire maintenant ?

Oui, oui, on va s’arranger, laisse-moi juste le temps de… (Dev Hines, le guitariste, entre dans le Nouveau Casino) Attends, c’est mon guitariste, je reviens…

(Une heure plus tard…)

J’ai un peu de temps maintenant, je t’écoute, c’est cool de ta part d’avoir attendu.

C’était le même rush avant le concert d’hier soir (à Metz aux Musiques Volantes) ?

Nous étions un peu justes aussi, mais pour d’autres raisons, beaucoup moins stressantes. Nous avons su du jour au lendemain que nous étions programmé là-bas, mais nous avons surtout enregistré un live dans une église pour la Blogothèque. C’était un très bon moment.

Ghosts est le premier morceau disponible sur le net que l’on a pu entendre de CANT. Pourquoi ne pas l’avoir intégré à cet album ?

C’était un premier jet qui n’était pas totalement satisfaisant, mais pas non plus honteux. Ce n’est pas le genre de titre que tu regrettes deux ans plus tard, mais il ne semblait plus vraiment cohérent avec le reste.

Enregistrer « Dreams Come True », c’était pour prouver que tu n’étais pas seulement le bassiste et le producteur d’un groupe installé, encensé ? Pour te détacher du succès de Grizzly Bear ?

Je n’ai pas fait ce disque pour prouver quoi que ce soit. Je voulais juste travailler sur un projet totalement personnel et me compliquer un peu les choses. Je n’aime pas me reposer sur des acquis. La recherche du défi est beaucoup plus stimulante, quitte à avoir peur de ne pas y arriver. Le mot CANT se réfère à un verbe inusité signifiant raconter des mensonges, affabuler. Ce n’est pas un jeu de mot avec « can’t ». Ainsi, « Dreams Come True » n’est pas un manifeste, c’est juste un projet où des éléments de ma propre vie s’entrechoquent, en dehors de Grizzly Bear.

Dev Hines joue en live en tant que membre de CANT, et tu produis son projet Blood Orange. Tu aimes t’entourer de fidèles ?

Ce n’est pas aussi calculé.  Il s’est tout simplement montré intéressé pour jouer dans le groupe. En fait, tu sais quoi ? C’est le seul à m’avoir vraiment demandé s’il pouvait jouer avec moi ! L’idée m’a emballé, et comme il a pu cumuler les dates avec le groupe et son nouveau projet, c’était plus facile pour tous les deux de tourner ensemble.

Tu l’as choisi pour ses guitares brutales dans Test Icicles, ou bien pour ses facilités de composition dans Lightspeed Champion ? 

Je n’avais jamais écouté Dev, ni avec  Test Icicles ni avec Lightspeed Champion. Par contre j’aime son groupe Blood Orange et ses penchants eighties. C’est tout ce qui m’importait pour travailler avec lui.

George Lewis Jr, que tu produis également, a tout de même participé à l’enregistrement, tu n’étais pas vraiment tout seul, si ?

Je l’ai découvert par l’intermédiaire de ma sœur, qui n’arrêtait pas de m’en parler. Je me suis mis à écouter sa musique et j’ai trouvé sa démarche très parlante. C’est vrai, il m’a beaucoup aidé à retravailler les compositions que nous avons ensuite écrites, produites et mixées ensemble. Mais il ne m’accompagne pas en tournée. Il est très pris par Twin Shadow et il n’avait simplement pas le temps de faire partie du line-up de CANT, ce qui est dommage car j’aimerais vraiment qu’il soit sur scène avec nous, je l’apprécie énormément. Je suis très content de travailler avec Dev et George, ce sont des amis maintenant.

Le travail entre intimes a dû te libérer. L’ensemble de l’album semble très personnel.

Oui, il y a beaucoup de pression relâchée dans cet album, j’avais besoin d’exprimer quelques-unes de mes frustrations…

On remarque une omniprésence du mot « you » à l’écoute de « Dreams Come True », surtout dans les morceaux Believe, Answer et The Edge. L’album a été conçu pour un destinataire particulier ?

« Dreams Come True » n’est pas un règlement de comptes, juste un support ouvert. The Edge est assez simpliste et évoque un amour déçu. C’est la chanson que je préfère jouer en ce moment, on y retrouve d’ailleurs un esprit que j’ai l’habitude de travailler sur les productions de Grizzly Bear. Believe et Answer ne s’adressent pas à la même personne. Believe a été écrite pour un ex-amant tandis qu’Answer s’adresse à mon père. Enfin, « s’adresser » n’est pas le terme adéquat puisqu’il n’a jamais écouté le morceau… (Il se met à tripoter nerveusement un dessous de verre un carton.)

C’est-à-dire ?

C’est plus facile pour moi d’enregistrer une chanson plutôt que de lui parler. C’est assez étrange, mais je n’arrive pas à verbaliser ce que j’aurais envie de lui dire autrement qu’à travers les paroles d’une chanson… J’aurais trop peur de lui parler directement… Même s’il tombe un jour dessus, au fond je m’en fous… Tu vas écrire l’interview en français, il ne lira pas non plus ces mots…  (Il se braque quelques instants, lâche le dessous de verre, puis sourit de nouveau.)

Tes chansons ont en tout cas dépassé leurs destinataires : que penses-tu des clips non officiels qui ont circulé avant la sortie de l’album ?

Ils sont vraiment inspirés. J’aime particulièrement celui de Dreams Come True, à l’atmosphère très pesante, très noire, en véritable adéquation avec la chanson. L’esthétique de ce clip rappelle les peintures de Francis Bacon, que j’aime beaucoup. Pour Believe, il en existe un monté à partir de vieux photomontages d’OVNI. Le résultat est excellent.

Tu as atteint ton objectif avec « Dreams Come True », ou bien tu as encore des frustrations à exprimer ?

Je me sens bien au sein de ce groupe, et il me reste quelques compositions en poche. Nous allons peut-être enregistrer d’autres morceaux, mais nous n’avons rien enclenché pour l’instant. Tourner avec des amis est une joie simple que je prends le temps d’apprécier. J’aimerais rester dans cet état d’esprit.

CANT // Dreams come true // WARP 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.