Souvent relégués au fond de top 10 d’artistes à suivre parrainés par KFC ou Tinder, ils luttent contre 60 ans d’histoire pour se faire une place dans le cœur d’auditeurs qui croient avoir les oreilles grosses comme Carlos. Aujourd’hui, un jeune groupe français qui plastronne tout le monde en un seul morceau grâce à une philosophie empruntée à Sid Vicious et Rocco Siffredi : « savoir s’en battre sérieusement les couilles ».

La qualité n’a jamais été question de volume ; les livres du rock’n’roll en attestent tous les jours et Mottomoda, jeune émulation française où l’on trouve des membres de Biche et d’anciens membres de Moodoid et d’Aqua Nebula Oscillator, semble bien partie pour y inscrire son petit chapitre. Pas qu’il s’agisse véritablement d’un « super groupe » comme au siècle passé, mais plutôt d’un groupe surtout super. Pour s’en convaincre, un rapide coup d’œil appuyé de 3 minutes à leur clip-single Mon coco est in devrait suffire ; c’est frais, spontané, brûlé au troisième degré de l’humour et cette musique serait placée sur la B.O. d’un film du Jean Yanne de 2052 qu’on ne serait finalement pas plus surpris que ça.

Témoignage du groupe pour explication à ceux qui seraient encore parmi nous : « ce projet est hyper hybride, en ce moment on vise la relève du Rock’n’Roll, mais on compte bien devenir la relève du rap l’année prochaine, histoire de rentrer sérieusement dans le game, puis pourquoi pas la relève du speedcore dans 3 ans […] Pour l’instant on touche le RSA mais on a pour ambition finale de faire des shows pyrotechniques dans des stades américains avec budget américain ». Voyez, même pas besoin de les interviewer, les membres de Mottomoda sont déjà meilleurs que tous les clowns tristes qui continuent de vouloir percer après dix ans de carrière avec des punchline type « cet album est vraiment très différent du précédent et c’est pour ça qu’on a choisi DUCON à la prod pour apporter un côté lumineux à nos chansons organiques ».

Le clip, lui, a été réalisé par Les Enfants Sauvages, une nouvelle agence vidéo engagée, et tout connement, si on avait réussi notre entretien d’embauche aux Inrocks, on conclurait par un « vivement la suite ».

Rendez-vous dans le turfu les kids [à lire avec la voix de Philippe Manœuvre] vous avez vraiment tout compris.

Le Facebook officiel, c’est par là. 

3 commentaires

  1. bien sur, pas Motorola, car j’ai besoin d’1 pignon @ fragmentation, si çà interpelle quelqu’un(e) faites passer l’info chez la maréchal

  2. “turfu”, “3eme degrés”, “frais et spontané”, “agence vidéo engagée” et s’emballer beaucoup trop pour le dernier petit machin ironique (et toutefois sympathique) local.
    Certain que vous l’avez passé cet entretien aux inrocks ? Si j’avais été DR je vous aurait signé direct.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.