Moi non plus je savais pas qu’un homme de taille moyenne, 1,77m pour 75 kilos, ça pouvait entrer dans un écran de laptop.

Je saurais pas non plus expliquer comment je me suis retrouvé à moitié à poil sur un cheval à galoper le long des circuits imprimés. De toute façon j’avais autre chose à foutre que me poser ce genre de questions. La vérité, c’est que des crânes fluorescents me poursuivaient et plus j’accélérais, plus je sentais leur souffle dans mon cou. Y’avait Nico qui chantait un truc incompréhensible au loin, ou quelque chose qui y ressemble, en tout cas assez hypnotique pour donner envie de savoir qui se cachait derrière.

Et puis aussi assez sexy pour avoir envie de lui demander son 06. Mais pour le moment, j’allais me faire dessus. Pas eu le temps de reprendre mon souffle quand le pur sang a stoppé net sa course, par contre faut croire que j’en ai eu assez pour enfiler mon slip Arena avant de plonger.

C’était plus calme, ça oui. Et j’étais enfin débarrassé des boîtes osseuses. Ils avaient pas l’air méchant mais la lumière orangée qu’ils dégageaient au fur et à mesure qu’ils s’excitaient les rendait menaçants. D’ailleurs je les regrettais même, j’y voyais plus grand-chose, à part quand les algues métalliques s’entrechoquaient pour faire des étincelles qui ne semblaient durer à peine plus de quelques secondes dans l’eau trouble. Et puis ils sont revenus et n’ont pas hésité à me canarder d’en haut avec leurs flingues lasers, les flashes violets contrastant avec l’opacité de l’eau glacée. Ouais désormais il faisait froid et j’me suis dit que j’aurais mieux fait de prendre ma combi.

Heureusement que j’ai croisé ce calmar géant en velours safran. « On se planque petit, accroche-toi ! ». Il m’a balancé de l’encre dans la tronche et je me suis retrouvé dans une grotte alors que je voyais tout sous un voile bleu foncé, que les crânes s’étaient remis à me tirer dessus et qu’une bande de singes marins aveugles jouait du tambour en me parlant de Rudolf Steiner. Bientôt j’allais ressembler à un gruyère et j’avais du mal à respirer, j’ai enfilé le masque Snorky qui était caché dans la petite poche de mon slip, j’ai cru que jamais je serais arrivé à le gonfler. Grâce à l’air de mon masque, ou bien autre chose je m’en fous, je suis remonté à la surface.

« Bordel y’a pas de chauffage ici? Ca caille et j’vais me pisser dessus! »

Et puis j’ai ronflé un peu trop fort et je me suis réveillé. Le chauffage s’était éteint. Le disque de Cercueil tournait à fond dans mon Sennheiser HD 595.

Et alors? Alors vous devriez tenter l’aventure avec les Lillois de Cercueil. Parce que c’est la musique que même au XXIème siècle personne n’a jamais osé rêver.

La prochaine fois, je vous raconte comment je me suis retrouvé à essayer de copuler avec des tortues qui se refusaient à mon sexe de quatre mètres alors que j’étais moi-même une version tortue de Vincent Delerm, piano pour carapace si vous voulez des preuves. Sans même avoir écouté le disque cette fois.

Cercueil // Shoo Straight Shout // Optical Sound

http://www.myspace.com/cercueil 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.