Certains labels persistent contre vent et diarrhées. Revenu d'entre les morts, le label indépendant Square Dogs a hypothéqué toutes ses cartes et tente un ultime b

Certains labels persistent contre vent et diarrhées. Revenu d’entre les morts, le label indépendant Square Dogs a hypothéqué toutes ses cartes et tente un ultime baroud d’honneur. Soutien le bienvenu. Et pour faire briller une dernière fois ses médailles, les groupes Square Dogs seront en concert acoustique au Chat Noir, le 10 mars prochain.Gonzaï participe au beau geste et ressort cette Carp de l’eau pour l’occasion :

Bon sang il y a des années que j’ai pas fumé d’herbe. Vous savez, en arrière dans un fauteuil, sans rien faire, la télé ou la chaîne, une bouteille de coca et des gâteaux. Mieux, un vin soyeux dans un grand verre. De belles enceintes en bois, un fauteuil soigneusement placé entre elles deux.

Pas le joint “zonard en ville”, ou “défonce de soirée”, scotché devant une plante ou un strobo. Pas le joint avec dix potes qui parlent de rien, vu que défoncé on ne parle de rien. Non, le buzz baudelairien… Flegme, voluptueuse flemme. Et là, depuis quelques jours, j’ai bien envie de ça.

Ce n’est pas Noël qui me fait ça, je m’en contrefous. L’anniversaire des gens (décédés en plus) qu’on n’a pas connus, vous savez hein… Hum.

Ce n’est pas non plus le temps hivernal. De là d’où j’écris, il fait un grand soleil. Il darde comme un mamelon magnifique sur une timide poitrine bleutée. Ou bien c’est moi qui le voit comme cela.

Non, vraiment, je pense que c’est l’écoute de Carp.

Panorama. Cette retenue digne qui transperce une orchestration mélodieuse, dont ces petits gars ont su lâcher la bride par moment. Une voix qui fait évidemment écho Stuart Staples (dont on a pas assez dit tout le bien dont regorgeait le dernier opus – dont acte) voir parfois (comment ne pas y penser) Cave ou Drake, tout en sachant parfois tomber de cheval. Une guitare qui égraine des arpèges discrets pour trouver parfois, quand même, la pédale de fuzz.

Nul doute, sur le curseur du rock, c’est morose et chiant, puisque ça lorgne vers A Silver Mount Zion, Arab Strap ou Mogwai période calme. Mais est-ce de ma faute si ces gens-là sont les seuls à avoir encore l’audace de viser haut. Grand. Large en fait. Tenter non l’exploit mais le majestueux. La grâce fragile. De remplir, non pas des stades, ni des supermarchés de consumers avides de pop-songs formatées, mais des canyons, des landes de bruyère, des plaines enneigées. Merde quoi, des sommets. Et sans crier. Sans crier. Comme on repousse la porte d’une chambre qu’on quitte en laissant la demoiselle dormir encore. Sans un dernier baiser. Pour ne pas lui voler son sommeil. Sans un ‘au revoir’, de peur que cela puisse être un ‘adieu’.

Alors je voudrais vous dire que cela donne envie de boire du scotch (dieu de dieu, cette couleur mi-miel, mi-flamme finira par me rendre fou un jour). Mais non. Cela donne envie de laisser les comtoises penduler le temps. Et de s’évanouir dans des fumées illicites. Pour oublier qu’ici il ne neigera jamais. Qu’aucun nuage cotonneux ne viendra assombrir ce ciel.

Carp, c’est le feutre que la pédale de piano vient écraser sur les cordes métalliques. C’est le voile qu’on dépose sur un meuble en sachant qu’on ne reviendra pas de sitôt. Cinq ans, dix ans. Perpétuité ? Toujours trop tard de toute façon.

D’ailleurs, si le groupe a sept ans d’existence et deux-trois disques dans leur palmarès, ils sont déjà à l’agonie. Signés chez Square Dogs, le courageux micro label parisien qui se voulait être le Constellation français, a découvert avec la “crise” que ses concitoyens n’avaient pas forcément l’ouverture d’esprit des Canadiens post-rock. Loin de là même.

Differ-Ant les distribue encore, mais pour combien de temps ?

Toujours trop peu de toute façon. Alors, que viennent les fumées et les vapeurs, que le spleen me prenne, que le temps meure. Quelques heures s’il vous plaît.

http://www.myspace.com/carpmusic

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.