Aussi sûr qu'on ne réveille pas tous les jours les dieux de l'Olympe, trouver des groupes d'avant-garde dans la nébuleuse Myspace s'avère aussi difficile de faire réciter l'alphabet

Aussi sûr qu’on ne réveille pas tous les jours les dieux de l’Olympe, trouver des groupes d’avant-garde dans la nébuleuse Myspace s’avère aussi difficile de faire réciter l’alphabet à Sliimy. Et encore l’avant-garde… si tant est qu’elle soit physiquement écoutable, n’a plus vraiment de sens dès lors qu’on imagine un musicien affalé sur son bureau en train de cliquer sur « Add to friend ».

261, c’est précisément le nombre d’amis que Bleu possède sur son « bientôt-fermé-par-manque-de-pognon » compte Myspace. En attendant ce jour où les groupes auront oublié l’utopie mercantile (vendre des disques) et les mirages dorés (se faire sucer la partition par des magazines qui ne vendent plus), le groupe franco-suisse publie ce qui pourrait être qualifié d’acte militant, parce que téléchargeable gratuitement[1] et ambitieux artistiquement. Avec un vrai discours, bien qu’instrumental. Des références qui ne parlent pas à la ménagère rock de moins de 30 ans[2], un propos musical qui ne se résume pas aux galeries d’art qui sentent la merguez froide.

Il y a des chœurs de cantiques, un piano, une batterie, de longues odes quasi-mystiques, pour ne pas dire religieuses, qui viennent tapisser le premier essai de ce duo qui joue torse nu mais avec les tétons lorgnant vers le lointain. L’étiquette post-rock, bien évidemment, sera collée pour rassurer les 261 futurs acquéreurs de l’album ; peut-être ne vivront-ils jamais de leur musique, qu’ils erreront de réseaux sociaux en attrape-nigaud pendant dix ans, que les « super votre album, mais on peut pas vous signer » viendront couvrir la beauté de leurs mélodies minimales ; achèteront-ils un Renaud Kangoo, pour parcourir les routes de France et de Navarre, et écouteront-ils Philip Glass dans le poste à cassettes ? Tout ceci n’a pas de sens, finalement.

Les cinq piste qui composent Sincère autopsie de la finesse s’écoutent comme une berceuse pour gens inquiets, B.O.F. d’un film de Michael Mann ou version épurée d’un Radiohead à soutane. Quoi qu’il en soit, après avoir pensé à conclure sur un parallèle avec Guillaume de Machaut et la musique du 13ième siècle, il m’est soudain apparu plus opportun de citer ici l’échange surréaliste avec un autre groupe qui, quoique nettement moins doué, reste tout de même symptomatique du malaise actuel chez les musiciens en quête de (re)connaissance :

Cher Bester

(…) L’envoi de commentaires sur votre myspace nous est refusé… (…) Il n’en faut pas plus pour froisser notre sensibilité d’artistes, frôler l’ulcère et la dépression, sans parler de la publicité racoleuse pour notre concert qui ne salira pas fièrement l’espace pourtant loin d’être vierge de votre myspace. Pourquoi nous déteste-on tant chez Gonzaï magazine (?)  tente-on de savoir par l’envoi d’un mail… Peine perdue, même la fonction de mailling nous est interdite et soi-disant réservée aux amis. La vérité, Bester, c’est que le ciel nous tombe sur la tête. Vivons nous dans un monde si foutrement hypocrite ?

Sincère autopsie de la finesse, acte 1. L’amour du bel ouvrage dans un monde foutrement consternant.

http://www.myspace.com/bleubleubleubleu


[1] Okay, ce n’est pas le premier groupe à faire cela.

[2] Le marché cœur de cible des consommateurs qui n’achètent plus.

11 commentaires

  1. I’ve been searching good information about this matter for some time and I gotta say you submit gives me some general concept about my paper I am gonna write for my assignment. I would love copy a few of your words right here and I hope you do not mind. Thanks. I will reference your work of course. Thank you.Hold updating the good posts. will come back.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.