Si, dans un univers parallèle, Kraftwerk s’était formé au fond d’un bar abandonné de Pantin, le groupe aurait soit continué à faire du son à base de vocoder et de bons vieux synthétiseurs analogiques, soit sombré dans l’alcool, la drogue et la folie. Avec son premier clip, le producteur Blam! fait à peu près tout ça en même temps.

Plus on est de fous, plus on boit. Dans le clip de Tout Schuss, un barman tatoué qui se tourne les pouces derrière son comptoir décide de s’ambiancer tout seul à la fin de son service, en lançant une K7 avec un son kraut électronique bien énervé pour tenter de tuer l’ennui. De quoi vite péter un câble et développer un trouble dissociatif sévère de l’identité : le personnage profite de sa solitude pour inviter une dizaine de ses clones à faire la fête dans son bar.

Bédo sur bédo, kilos de poudre dans les narines, hectolitres de liqueur versés approximativement dans des shots… Le barman et sa bande d’amis imaginaires prennent ainsi la cuite du siècle (pratique, au passage, pour enchaîner les parties de bière-pong comme un ado attardé, puisqu’il est impossible de perdre quand on joue face à des potes qui n’existent que dans sa propre tête). Après des montagnes russes de mélodies hypnotiques de synthés, Tout Schuss se termine sur un bordel visuel mélangeant slips, ananas et fausses explosions sur fond vert. Parfait pour préparer sa prochaine gueule de bois en solo.

Pour écouter le morceau, Blam! est sur Soundcloud.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

partages