Avec ses comptines pour châtelains composées dans le IKEA de Versailles avec Marie Antoinette, il était attendu depuis des plombes comme le messie baroque. Sauf que voilà, en six ans l’élégante signature de chez Ekler’O’Shock a déjà fait le tour des châteaux de France. Et que son nouvel EP, prémisse à un enfin premier album l’année prochaine, a comme un air de révolution. Ecoute intégrale ici-même pour tous les sans-culottes disco.

Oubliez le retour programmé de Michel Polnareff. Oubliez la pop insipide composée sur un laptop. Oubliez les mecs de variété française qui n’ont rien à dire, rien à chanter. Oubliez Jimmy Somerville, tous vos préjugés sur la chanson PD au simple prétexte que le mec qui la chante a la voix perchée et pas trois potes en cuir dans son dos. Oubliez tout. Le vrai coucou le revoilou, c’est le sien. C’est peu dire qu’on ne s’y attendait pas. A presque la trentaine et après trois succès confidentiels – variante pour échecs de contamination massive – dans cette France minée par la lutte des classes, Alexandre Chatelard revient en carrosse à jantes chromées.

Ne tournons pas autour du pot : il y a un hit, Le bureau. Version délirante de 5’30 où Rondo Veneziano croise le fer argenté avec Patrick Juvet, et où les violons rappellent l’exception très française, « mi-tocard mi-héros », d’une bourgeoisie noble qui n’aurait pas honte de ses origines. La France de Chatelard n’est pas celle des églises et des HLM, pour paraphraser Polnareff. Sur cet EP, il y a des cantatrices disco jouissant à gorges déployées, des références évidentes à Françoix de Roubaise, tout un art de la pop française oubliée, enfouie sous trois décennies de crise, de fausse modestie, de manque d’ambitions, et dans laquelle les musiciens de notre époque oublient que savoir faire danser la noblesse reste un challenge ultime pour réparer la fracture sociale. Difficile de savoir de quel bureau il est ici question ; l’écoute du Mont de Venus fait davantage penser à un secrétaire Louis XIV qu’aux tréteaux tout pourris sur lesquels vous écoutez de la merde en barre surcompressée à longueur de journée.

Alexandre Chatelard // EP Le bureau // Ekler’O’Shock
https://itunes.apple.com/fr/album/le-bureau-ep/id1064089246

1 commentaire

Répondre à Laure Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.