Connect
To Top

OTTO RIITA
Après Rien, le déluge

Quoi de neuf dans l’incroyable monde de la musique depuis la fin de Rien, le groupe ? Pas grand chose justement, hormis la sortie de 12.943 disques par jour qu’on aura écouté d’une oreille distraite, jusqu’à la sortie de ce maxi disco où l’on retrouve Yugo Solo, échappé de l’anonymement célèbre groupe grenoblois. Deux tracks originaux à faire remarcher les tétras, deux remix pour se réconcilier avec le whisky coca, ça suffit pour dire que si Rien se perd, tout se transforme.

Ça doit être une bonne blague de DJ berlinois. Derrière Otto Riita, il y a donc DJ Rescue (pas Otto) et Yugo Solo (pas Riita). Le mariage de ces cellules électroniques aboutit aujourd’hui à la sortie du maxi « Azul Piscina », qui prouve exceptionnellement que pour s’imposer dans les têtes il n’est nul besoin de composer des morceaux à la chaîne comme on irait pisser en boite.

La Mverte, Chloe, Il est Vilaine, Arnaud Rebotini et Marcos Dos Santos sont déjà fans. Mais comme les quotes Dj type « love both original tracks, amazing » ne signifient absolument rien, il va peut-être falloir développer. Enfin pas trop non plus hein ; on parle de disco boogie pour faire danser les amnésiques volontaires ; pas d’un traité de paix en trois tomes pour endiguer les conflits du Proche-Orient.

Que dire sur Otto Riita hormis que le duo semble s’être découvert une étonnante passion pour les ananas ? Bon, ça fait court pour la story ; on va donc résumer la chose en disant que DJ Rescue est « une productrice respectée depuis le début des années 2000 » (les guillemets sont dus au fait qu’on l’a appris en lisant la bio) et que Yugo Solo était jusque-là connu comme l’un des éminents guitaristes de Rien (et accessoirement comme 50% du délire minimalo-chelou Calin). L’addition des deux aboutit à cette longue séquence d’à peine 20 minutes et divisée en quatre morceaux, dont deux remix par Front De Cadeaux (trop bien) et Publicist (trop trop bien, pardon pour la pauvreté du vocabulaire, il est 7H35 et je rentre juste de DISCOTHÈQUE).

Là dessus, comme dans le cochon ou Paris Hilton, tout est bon. On a presque l’impression d’entendre du Mr Oizo à qui on aurait rajouter le plugin groove. Et rien que le titre d’ouverture, Azul Piscina (Original Mix) est un condensé High Energy de ce qui a fait la popularité des tubes disco qui restent collés à la semelle. Pour résumer, le chaînon manquant entre la paire Sylvester & Patrick Cowley, les Reebook Pump et les rooftop de Berlin. Bref, Otto Riita fait déjà autorité.

À noter que Francis Fruit, autre membre de Calin et Rien, vient également de sorti un EP au versant plus technoïde, moins dansant et plus abyssal ; preuve ultime que oui messieurs, il y a bien une vie possible après le rock indie et que cette vie, mesdames, s’avère mille fois plus passionnante qu’un énième concert chiant devant des trentenaires blancs mal fringués sirotant leurs bières tièdes sans enthousiasme.

Bisou, on se retrouve sur la piste de danse.

Otto Riita // EP Azul Piscina // Rock To The Beat
http://rocktothebeatrecords.com/

Laisser un commentaire

A lire aussi