Des rythmes qui sentent le saxe, des toges romaines et un clip Ovni à découvrir en exclu, bienvenue au François Club.

Faisons un rêve : L’été, splendide et calme, descend sur nous. D’exquis synthés, en lieu de harpes séraphiques, « chantent des liturgies inexpliquées ». L’hésitante VHS aux lumières si douces de Tom Gagnaire, se pose au bord de l’eau sur un décor antique. Une troupe de servants libidineux attend, en leur temple, que débarquent de derrière les buissons Farid le magnifique, Pharaon Sanders débonnaire et Bat-les-couilles.

Satisfaits et échauffés, les sbires s’adonneront à une débauche d’éco sexe, en se goinfrant de roses et de tournesols, aux sons du sexy saxophone d’Adrien Soleiman.

Vous l’aurez compris, l’Ecce Homo de François Club s’en balance complet du christianisme. Ce nouveau titre est l’image de son interprète, héros décomplexé et moqueur, kitsch à tour de bras, sans jamais être ridicule. François Club instille simplement un peu de fun, de niaiserie et de légèreté dans un imaginaire cadenassé; un peu de jeunesse, voilà tout. « Et le sublime, me direz-vous, où est-il, si les mythes doivent être cyniquement abattus ? » Dans la musique, simple et belle, et pourtant sertie de joyaux d’arrangements, que Marc Melia a su faire remonter sans heurts à la surface. Et puis dans l’image, d’une poétique quiétude.

D’ailleurs, c’est plus ou moins ce qu’on attend d’un clip.

François Club en tournée au mois d avril avec deux dates à paris, le 24 à l Espace B et le 26 à l Olympic.
Plus d’infos ici.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.